L'Union du Cantal 07 décembre 2005 à 00h00 | Par Pascal Piganiol

Le rapporteur défend son budget

Devant la session de la Chambre d´agriculture, le député Alain Marleix s´est employé à lever les inquiétudes que suscite le budget de l´agriculture pour 2006.


Abonnez-vous Réagir Imprimer
Négociations à l´Organisation mondiale du commerce (OMC), mise en oeuvre de la réforme de la Politique agricole commune, projet de loi d´orientation agricole, projet de budget agricole français pour 2006 : c´est sur ces grands sujets que le président Louis-François Fontant a ouvert lundi 28 novembre la session de la Chambre d´agriculture. Une actualité que les élus ont pu commenter en présence d´Alain Marleix, rapporteur du budget de l´Agriculture à l´Assemblée nationale, qui a répondu aux inquiétudes que suscite ce projet de budget tel qu´il a été adopté en première lecture le 16 novembre. Inquiétude d´abord sur le financement?des?ICHN (Indemnités compensatoires de handicap naturel). "La dotation inscrite au budget n´intègre pas la nouvelle réévaluation de 10 % sur les 25 premiers hectares", a relevé le président Fontant. Le député Marleix a répondu qu´il avait fait adopter un amendement en ce sens, mais qu´il l´avait retiré à la demande du gouvernement, lequel se serait "solennellement engagé à tenir les promesses de progression de 10 % en 2006 et d´une réévaluation globale de 50 % d´ici la fin de la législature". "Là-dessus, je ne lâcherai pas", promettait-il.

Revalorisation des ICHN : les promesses seront tenues

Un autre débat a porté sur les crédits à l´installation, jugés insuffisants,?en?particulier pour ce qui concerne le Ficia (Fonds d´installation et de communication pour l´installation en agriculture), a déploré Marie-Claude Verdier (JA). Le parlementaire a expliqué qu´en réalité, les crédits à l´installation avaient été majorés de 2 millions?d´euros,?et?qu´il appartenait à la profession d´organiser une péréquation entre régions afin que celles qui installent le plus récupèrent plus de crédits. En précisant?que?le?ministre?de l´Agriculture souhaitait ouvrir une concertation sur ce sujet. Autres insuffisances relevées par le président Fontant : l´enveloppe affectée à la PHAE (Prime herbagère agro-environnementale) "ne permettra pas d´ouvrir le dispositif à de nouveaux entrants, dont les agriculteurs sous CTE qui voudront en bénéficier au terme de leur contrat". De même, les 6 000 nouveaux Cad (Contrats d´agriculture durable) prévus au budget paraissent largement insuffisants. Le président a encore déploré le manque de crédits pour le programme de création de retenues collinaires ou le nouveau désengagement de l´Etat sur l´identification de la sélection animale.

Des insuffisances et des motifs de satisfaction

Sans oublier les motifs de satisfaction, comme le montant des crédits affectés à la modernisation des bâtiments d´élevage, ou le relèvement à son niveau antérieur de l´enveloppe destinée à venir en aide aux agriculteurs en difficulté. De leur côté, Patrick Bénezit (FDSEA) et Michel Teyssedou ont alerté le député sur le risque qu´il y aurait à étendre à l´élevage un système d´assurance récoltes qui traduit selon eux un désengagement de l´Etat. Défendant le modèle du fonds des calamités, le premier a souhaité que les indemnités attribuées cette année aux agriculteurs ne soient pas fiscalisées, comme cela avait été le cas suite à la sécheresse de 2003. Il a d´autre part relevé que, si les crédits PMTVA (Prime au maintien du troupeau de vaches allaitantes) inscrits au budget 2006 étaient en hausse, l´Etat n´avait payé en 2005 que 60 % de la somme prévue, en demandant que le retard pris soit rattrapé et que cette aide soit entièrement versée sur l´année civile.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union du Cantal se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui