L'Union du Cantal 05 décembre 2007 à 00h00 | Par Renaud Saint-André

Le Prisme d’Aurillac, deuxième temple des spectacles d’Auvergne

Les délais sont respectés : le Prisme est ouvert. Julien Clerc ouvre le bal cette semaine. Salle de spectacle, ce lieu sera aussi une halle polyvalente aux multiples possibilités.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Alain Calmette a amusé les plus de 3 000 personnes qui ont assisté à l’inauguration de la nouvelle salle de spectacle en reprenant un mot d’enfant. Quelques jours plus tôt, une fillette avait demandé au maire de la ville s’il y aurait “beaucoup de pestacles au Prinz ?”... Evidemment, la réponse est “oui” : des spectacles, il y en aura, au Prisme d’Aurillac. Des artistes de renom aussi. Car comme l’a rappelé René Souchon, président du Conseil régional, cette infrastructure constitue en termes de capacité d’accueil et de taux d’équipement la deuxième salle de spectacle d’Auvergne, derrière le Zénith de Clermont-Cournon.
La salle est modulable, permettant d'accueillir jusqu'à plus de 3 700 spectateurs.
La salle est modulable, permettant d'accueillir jusqu'à plus de 3 700 spectateurs. - © R. S.-A.

Pas si cher...

Toutefois, et afin de couper court à toute rumeur concernant le financement de cet équipement, Jacques Mézard, président de la communauté d’agglomération du bassin d’Aurillac (Caba) qui a porté ce projet, tient à préciser que le Prisme n’a été facturé que... 7 % du prix de la Grande Halle d’Auvergne et de son Zénith. “Soit 13 à 14 fois moins cher”, assure-t-il. Il ajoute que cette réalisation n’aura pas nécessité un seul euro prélevé sur l’impôt des ménages du bassin aurillacois. L’agglomération trouvant ses recettes auprès de dotations de l’état et du prélèvement de la taxe professionnelle. Il n’oublie évidemment pas de mentionner le concours financier de l’Europe, de l’état, de la Région et du Département. Et si ces collectivités ont spontanément adhéré au projet, c’est que, comme l’a rappelé le président du Conseil général, Vincent Descœur, le Cantal plébiscitait une salle de spectacle digne de ce nom, avouant qu’on corrige là une vraie lacune. “Les Cantaliens en ont rêvé, la Caba l’a livrée”, a-t-il résumé. Mais il ne doute pas d’une attractivité qui dépasse largement les frontières du bassin d’Aurillac et dont profite le département tout entier. 

Sans le ministre

Quant au préfet, Paul Mourier, il s’est contenté de délivrer l’amical et encourageant message adressé par le ministre cantalien Alain Marleix. Celui-ci devait inaugurer le Prisme, mais la tempête dans la moitié nord de la France a contraint son avion à rester au sol. “Un avion intermittent du spectacle aérien”, plaisantait Jacques Mézard avant d’inviter les 3 000 convives à lever un verre au succès de ce nouvel équipement. Et de conclure : “Cet équipement est le vôtre, soyez-en fiers, partagez-y beaucoup de moments de bonheur” ! 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union du Cantal se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,