L'Union du Cantal 15 février 2012 à 10h01 | Par L'Union du Cantal

Le PDG d’Orange se réconcilie avec la “Mamie du Cantal” et ses petits-enfants

Stéphane Richard, le PDGde France-télécom Orange était dans le Cantal lundi.Histoire de dégeler les relations tendues après une phrase malheureuse et d’envisager l’avenir.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Dans le monde des geeks (ces fanas d’Internet qui passent l’essentiel de leur temps derrière un clavier), on appelle ça un “Troll”. Un sujet qui divise mais qui alimente à coup sûr les conversations à coups d’arguments partisans. Le PDG de France-télécom Orange en a lancé un superbe début janvier en prononçant une phrase désormais célèbre : “La mamie du Cantal n’a pas besoin de la même offre qu’un geek à Paris.” Autant dire que le président du Conseil général, qui présente son département comme l’un des pionniers en matière de couverture à haut-débit de l’Internet et un des premiers à investir pour couvrir les zones blanches de la téléphonie mobile avait été piqué au vif. Reconnaissant une maladresse, ­Stéphane Richard est venu présenter ses excuses et rassurer. D’une part, lui qui est originaire de la Lozère rurale, affirme n’avoir voulu être “ni arrogant, ni méprisant” quant à cette image dans laquelle il voyait davantage “la tendresse d’une figure familière”, fin de citation. D’autre part, et plus sérieusement, Orange continuera d’investir et de s’impliquer pour moderniser le Cantal et faciliter la poursuite de son désenclavement numérique.
Inauguration sous des températures polaires d’un relais Orange 3G qui dessert notamment les communes de Prunet et Teissières.
Inauguration sous des températures polaires d’un relais Orange 3G qui dessert notamment les communes de Prunet et Teissières. - © R.-S.A.

Fibre optique et 3G

 

Deux volets étaient donc à l’ordre du jour. La fibre optique - pour accéder au très haut-débit (bien supérieur à l’ADSL) et la couverture 3G (pour la navigation sur Internet depuis les téléphones mobiles). Sur le premier point, Orange déploiera, d’ici 2015, 2 milliards d’euros auquel s’ajoute un autre milliard de la part des ­différents opérateurs pour équiper autour de dix millions de foyers français. Soit 60 % des logements d’ici 2020, un foyer auvergnat sur deux... Une étude va être lancée sur Aurillac pour des premières connexions au très haut-débit, entre fin 2013 et début 2014. En 2015, le déploiement se fera sur Saint-Flour et débutera sur l’ensemble des 25 communes de la communauté d’agglomération aurillacoise, jusqu’en 2020. Mais dans tous les cas, le PDG d’Orange cherche des partenariats public/privé, sur le modèle de ce qui s’est déjà pratiqué dans le domaine de la téléphonie mobile. À ce sujet, s’il est prématuré de parler de la 4G (dont les premières expérimentations sont en cours au niveau national mais aucun terminal n’est encore construit pour cet usage) en revanche, la 3G devrait rapidement équiper l’ensemble des émetteurs du Cantal. Le plan de déploiement ­d’Orange recoupant celui souhaité par le Conseil général. Que les pylônes soient ceux de l’opérateur ou de la collectivité, tout le département devrait profiter de cette technologie en 2013 ou 2014. Car si les nouvelles installations - à l’instar du pylône que Stéphane Richard et Vincent Descœur ont inauguré à Prunet - en sont forcément équipés, une mise à jour de ceux déjà existants est bien programmée.

 

 

 

 

Plus d'infos à lire cette semaine dans L'Union du Cantal.

Droits de reproduction et de diffusion réservés.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union du Cantal se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui