L'Union du Cantal 12 mai 2004 à 00h00 | Par Pascal Piganiol

Le lycée agricole d´Aurillac signe le contrat génétique salers

L´élevage salers du lycée agricole d´Aurillac s´engage dans le programme génétique lancé l´an dernier par la filière avec le soutien du Conseil général.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Jean-Pierre Brunhes, proviseur du lycée agricole Georges-Pompidou d´Aurillac et Michel Tafanel, président du herd-book et de l´Upra salers, ont signé le 7 mai la convention qui engage l´élevage salers du lycée dans le programme d´amélioration génétique lancé par les instances raciales fin 2003 avec le soutien financier du Conseil général. Il rejoint ainsi les 302 éleveurs qui ont déjà signé l´un des trois contrats de trois ans proposés après avoir effectué avec un technicien un audit de leur élevage. 320 audits ont été réalisés depuis cinq mois par les 35 techniciens des différents organismes mobilisés sur ce programme.

Objectif : 550 élevages dans le dispositif

"Des chiffres encourageants", estime Bruno Faure, directeur du herd-book et de l´Upra salers, en rappelant que l´objectif final est d´engager 550 élevages dans le dispositif. L´objectif étant d´élargir la base de sélection en race pure, d´améliorer la conformation des animaux mis en marché et de fournir un accompagnement technique aux éleveurs. Depuis 1907, le lycée agricole d´Aurillac dispose en effet d´une exploitation utilisée pour la pédagogie. Elle s´étend aux portes de la ville sur 156 hectares (dont 41 en propriété) avec un troupeau de laitières holsteins de 58 vaches pour un quota de 400 000 litres et un cheptel de 55 vaches allaitantes salers utilisées pour la production de broutards, reproducteurs, boeufs et animaux de boucherie. Placée sous la responsabilité de Patrick Lalo, elle emploie trois salariés permanents.

"Homogénéiser le troupeau"

"L´élevage du lycée est déjà bien engagé dans l´utilisation des outils de sélection", a remarqué François Martin, technicien Bovins Croissance, qui a réalisé l´audit préalable. Il adhère depuis longtemps au herd-book, a entrepris depuis 1999 de rajeunir son cheptel (le taux de renouvellement est actuellement de 28 %), place et achète des taureaux à la station d´évaluation... et affiche des index légèrement supérieurs à la moyenne de la race. François Martin a détaillé les objectifs définis par le contrat, qui sera utilisé pour "homogénéiser le troupeau" et améliorer ses performances génétiques sur la base d´un plan de sélection utilisant les taureaux Odon et Nestor.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union du Cantal se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,