L'Union du Cantal 28 septembre 2011 à 14h31 | Par P. Olivieri

“Le groupe Crédit agricole SA est l’un des plus solides d’Europe”

Le directeur général de la caisse régionale du Crédit agricole Centre France a accepté de commenter la dégradation de la note de Crédit agricole SA la semaine dernière.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

L’agence de notation Moody’s a abaissé la note du Crédit agricole d’un cran. Concrètement, qu’est-ce que cela signifie ? Sur quels critères est basée cette notation ?

Marc Deschamps : “La baisse de notation de Crédit agricole SA par l’agence de notation Moody’s est motivée par son exposition à l’économie grecque. Elle fait suite à une mise sous surveillance depuis le 15 juin dernier. Avec cette nouvelle note de “Aa2”, Crédit agricole SA reste au troisième rang en Europe après Rabobank et Crédit suisse et se situe, avec BNP Paribas, à la première place des banques françaises. La gestion rigoureuse et la solidité du modèle de banque universelle de proximité, générateur de revenus diversifiés et récurrents, sont reconnues par les agences de notation.”

 

Marc Deschamps : “La situation du groupe Crédit agricole ne peut justifier en aucune manière une inquiétude pour nos clients.”
Marc Deschamps : “La situation du groupe Crédit agricole ne peut justifier en aucune manière une inquiétude pour nos clients.” - © P.O.

Cela est-il synonyme de fragilité de la banque verte au-delà de ses seules activités en Grèce ?

M. D. : “Le groupe Crédit agricole SA est l’un des plus solides d’Europe. Ses fonds propres s’élèvent à plus de 70 milliards d’euros. D’ailleurs, le dernier test de résistance mené pendant l’été 2011 a placé le groupe Crédit agricole au premier rang des banques françaises pour sa capacité de résistance à une crise économique et financière de grande ampleur. Cette stabilité vient notamment du fait que le Crédit agricole est la première banque de dépôts en France.

Pour ce qui est de son exposition à la crise grecque, elle est marginale. En effet, elle dépasse à peine les 300 millions d’euros, ce qui représente 0,02 % du total du bilan du groupe Crédit agricole. Mais comme toutes les banques, le Crédit agricole emprunte pour faire des prêts à ses clients. Or, la situation économique et financière actuelle rend difficile ce recours à l’emprunt, ce qui fait dire aux médias que certaines banques auraient des difficultés à se refinancer. Et bien, ce n’est pas le cas du Crédit agricole qui dispose de 120 milliards d’euros d’actifs mobilisables à tout moment. D’ailleurs, son programme annuel de financement à moyen et long terme est d’ores et déjà achevé pour 2011.

Par ailleurs, certaines caisses régionales de Crédit agricole disposent d’un quasi équilibre entre leurs ressources (collecte, emprunts) et les prêts accordés à leurs clients. Il en est tout particulièrement ainsi du Crédit agricole Centre France qui dispose d’un niveau de ressources supérieur aux encours de crédits, ce qui la situe de ce point de vue au premier rang au sein du groupe Crédit agricole.”

 

Clients, actionnaires ou sociétaires n’ont donc rien à craindre ?

M . D. : “La situation du groupe Crédit agricole ne peut justifier en aucune manière une inquiétude pour nos clients. Dans une telle période d’incertitudes exacerbées, la patience et le calme doivent s’imposer. Pour le Crédit agricole Centre France, je rappelle qu’il est une banque régionale, coopérative et mutualiste, dont l’activité et les instances de décision sont ancrées dans ses territoires d’Auvergne et du Limousin. Il dispose de fondamentaux très solides, parmi les plus élevés des caisses régionales du groupe, avec 2,5 milliards de fonds propres au 31 décembre 2010.

De plus, notre caisse régionale bénéficie d’une très bonne dynamique commerciale avec une progression régulière de son produit net bancaire, preuve de la confiance de ses clients, d’une maîtrise continue de ses charges et d’une prévention des risques efficace. Dans ce contexte, son résultat est solide et pérenne. C’est d’ailleurs grâce à sa solidité que le Crédit agricole Centre France peut continuer à jouer pleinement son rôle de banquier et d’assureur auprès de l’ensemble des acteurs économiques de son territoire. Et ceux-ci peuvent en témoigner, qu’ils soient particuliers, agriculteurs, artisans, commerçants, professionnels libéraux, chefs d’entreprises ou représentants de collectivités publiques.

Nos clients ne doivent nourrir aucune crainte pour leur épargne quel que soit le brouhaha médiatique ambiant. Ils détiennent, pour l’immense majorité d’entre eux, des produits d’épargne sécurisée et garantie, y compris en assurance-vie. Dans ce contexte, la prudence requiert d’éviter les réactions excessives, génératrices, elles, de pertes ou de moins-values immédiates.”

 

 

Plus d'infos à lire cette semaine dans L'Union du Cantal.

Droits de reproduction et de diffusion réservés.

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union du Cantal se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,