L'Union du Cantal 06 avril 2005 à 00h00 | Par Pascal Piganiol

Le groupe Centre-Lait négocie son entrée au capital de LFO

Après dix ans de conflit, Centre-Lait recherche un accord amiable pour sortir de 3A, avec qui il négocie une participation directe au capital des Fromageries occitanes.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le conflit qui, depuis dix ans, oppose Centre-Lait à 3A, semble en bonne voie de réglement. C´est ce qu´ont retenu les coopérateurs qui assistaient jeudi 31 mars à Arpajon-sur-Cère à l´assemblée générale du groupe Centre-Lait. Son président, Jean-Pierre Chateau, a tour à tour annoncé que, depuis juin 2004, les deux parties avaient "convenu de suspendre toutes les procédures judiciaires en cours", et que Centre-Lait était en train de négocier sa sortie de 3A pour entrer directement au capital des Fromageries occitanes (LFO) aux côtés de 3A, Bongrain et Sodiaal. Et puisque l´heure était décidément aux bonnes nouvelles, il a d´autre part révélé que le groupe coopératif cantalien était sur le point de lancer un ambitieux programme d´investissements dans la filière porcine, peut-être en synergie avec le groupe coopératif des Eleveurs du pays vert, en recherche de solutions pour sa filiale Covial.

Quitter 3A pour entrer dans LFO

"Le lien coopératif entre Centre-Lait et 3A est distendu et sera définitivement rompu d´ici 18 mois, du fait de la fin du contrat coopératif que nous avions souscrit pour 20 ans", a expliqué Jean-Pierre Chateau. Des discussions visant à négocier la fin de ce contrat sont donc en cours, dans un contexte visiblement apaisé puisque les procès ont été suspendus et qu´un contrat d´apport de lait a été conclu afin qu´en 2005 tout le lait de Centre-Lait et Volcalis approvisionne les usines de LFO. Le schéma entrevu serait le suivant : 3A rembourserait à Centre-Lait les 21,5 millions d´euros de capital social qui lui reviendraient sous forme de participations à LFO. Ce qui permettrait à Centre-Lait d´entrer au capital de LFO "à une hauteur à définir, mais suffisante pour pouvoir y jouer un rôle actif". Resterait ensuite à trouver un accord sur les sommes que 3A devrait encore à Centre-Lait au titre des "litiges financiers".

10 millions d´euros dans la filière porcine

Dans un autre domaine, Jean-Pierre Chateau a annoncé que son groupe s´apprêtait à investir 10 millions d´euros dans sa filière porcine. Ce programme concernera en premier lieu la maternité collective de Costechaude qui sera mise aux normes "bien-être" et dont la capacité de production sera portée de 19 000 à 26 000 porcelets par an. Des investissements seront ensuite réalisés dans les usines d´aliments d´Aurillac et de Blesle pour développer une production de céréales de montagne destinée à approvisionner la filière "porc de montagne". Parallèlement, il est prévu d´agrandir les ateliers de Cantal-Salaisons d´Aurillac dont la surface avait déjà été doublée en 1999 : les locaux actuels seront affectés à la chaîne "jambons" et une nouvelle unité dédiée à la viande fraîche sera construite sur le site de l´ancien abattoir d´Aurillac. Enfin, après avoir conclu un accord de participation avec la société Porcentre de Clermont-Ferrand, Centre-Lait va reconstruire les ateliers de Porcentre à Volvic avec l´objectif de développer son activité "viande fraîche" à proximité des grands bassins de consommation de Clermont et Lyon.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union du Cantal se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui