L'Union du Cantal 07 décembre 2005 à 00h00 | Par Renaud Saint-André

Le Contrôle laitier assiste à la profonde mutation que vit le département

Moins de producteurs, mais davantage de lait dans les élevages : le Cantal n´échappe pas à la règle. De fait, les éleveurs aspirent à une optimisation de leurs systèmes.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Au cours du rapport d´orientation de la dernière assemblée générale, le président Jean-Paul Sartre s´est excusé de devoir ressasser chaque année le même discours. Car si les problèmes exposés par le Contrôle laitier restent les mêmes, c´est que les solutions sont rares ou insuffisantes. C´est le cas bien sûr de la valorisation du lait avec des accords interprofessionnels "de plus en plus difficiles à trouver et à tenir" ; des "sécheresses à répétition" qui induisent un coût des intrants qui ne cesse d´augmenter... Le président de la structure exprime cependant un peu d´optimisme face à des producteurs qui croient en leur avenir : "Je constate que cette année, 2 150 producteurs de lait ont fait une demande d´attribution de références supplémentaires".

De réelles menaces...

Il précise en outre que le nouveau projet agricole ouvre de réelles perspectives, n´hésitant plus à privilégier les producteurs laitiers de demain. "Nous avons plus que jamais besoin d´être soutenus, d´autant que près de 75 % de la collecte est réalisée par les adhérents du Contrôle laitier", insiste Jean-Paul Sartre. Le président stipule que de réelles menaces pèsent sur les centimes additionnels versés aux adhérents du Contrôle laitier. "J´espère que la filière aura un sursaut d´orgueil pour continuer à nous accompagner. Nous le méritons amplement", poursuit-il. Le Contrôle laitier recherche des appuis financiers, à la fois au profit de ses adhérents et pour la structure elle-même. Cela dit, le président Sartre a tenu à souligner face aux adhérents l´aide du Conseil général qui verse 125 000 euros par an. Près de 3 euros par vache contrôlée... Mais les résultats sont là, et le Contrôle laitier s´enorgueillit de la qualité des animaux présentés dans les différents concours, avec en point d´orgue les journées laitières de Saint-Mamet.

... mais une ambition intacte

"L´année 2006 sera bien sûr consacrée à notre adaptation au nouveau dispositif génétique", a indiqué Jean-Paul Sartre. Il s´empresse de préciser toutefois que la structure n´oubliera pas pour autant l´accompagnement technico-économique, qui reste sa priorité. A cet instant de son propos, le président a tenu à remercier l´ensemble des OPA qui oeuvrent aux côtés du Contrôle laitier pour accompagner au mieux les producteurs de lait. Un partenariat qui se concrétisera dès cet hiver, au cours duquel une série de 6 réunions abordera des sujets techniques comme la compétitivité des systèmes, la réduction des astreintes… Des adaptations sociétales qui ne doivent pas pénaliser la ferme Cantal qui enregistre de bons résultats : 38,8 de TB et 32 de TP moyens sur l´année 2004. Un sujet illustré lors d´une première visite, au Gaec du Cros de Leynhac.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union du Cantal se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui