L'Union du Cantal 26 mai 2004 à 00h00 | Par Benoît Parret

Le conseil général signe pour la qualité du cheptel aubrac

Le Gaec de l´Epi, à Paulhac, est le premier élevage à signer la convention tripartite pour l´amélioration du cheptel aubrac cantalien.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Composé de Thierry Barriol et de ses parents, le Gaec de l´Epi conduit un troupeau mixte d´une soixantaine de vaches pour une SAU de 85 hectares. Les vingt laitières montbéliardes produisent 116 000 litres de lait livrés à la coopérative de Paulhac. Le troupeau allaitant, à dominance aubrac, compte 37 mères. "L´avenir est difficile à cerner, constate Thierry Barriol. Une spécialisation serait probablement une solution en ayant suffisamment de terrain. Pour l´heure, je souhaite passer en race pure pour orienter l´allaitant vers la qualité avec labélisation "fleur d´Aubrac"". Pour ce faire, ce jeune éleveur, installé non loin de Prat-de-Bouc, vient de signer la convention proposée par le syndicat des éleveurs aubrac cantaliens et le Conseil général. Les aides ainsi attribuées vont lui permettre d´acheter des génisses pour remplacer les animaux croisés.

Soutenir l´achat d´animaux inscrits au Herd-Book

Les acquisitions se feront auprès des élevages inscrits du secteur, chez Tardieu et Barriol à Paulhac ou encore Salvagnac à Neuvéglise. Thierry Barriol est le premier des quinze éleveurs candidats à souhaiter améliorer leur cheptel grâce à l´aide du Département. Vincent Descoeur, président du Conseil général et Michel Bos, président du Syndicat des éleveurs aubrac cantaliens, ont signé la convention triennale qui lie la collectivité, le syndicat et les éleveurs. "C´est une reconnaissance des éleveurs qui ont cru dans une des races emblématiques du Cantal en faisant passer le nombre de vaches de 8 000 en 1988 à 22 800 en 2003, a déclaré Michel Bos. Ce soutien important est entièrement consacré à l´amélioration des cheptels et l´aide ira directement aux éleveurs". Il s´agit de soutenir l´achat d´animaux inscrits au Herd-Book. Sur trois ans, le Conseil général a alloué environ 50 000 euros par an.

"Accompagner une démarche qui vient du terrain"

150 euros par animal sont attribués à la mise en pension de mâles à la station d´évaluation de Saint-Chély d´Aubrac ; 300 euros pour l´achat de taureaux qualifiés à la sortie de la station ; 235 euros pour l´insémination artificielle (15 IA minimum) pour connecter le cheptel et obtenir un taureau connec-teur ; 75 euros pour l´achat de génisses de reproduction de moins de vingt mois issues de mères qualifiées ; 150 euros pour l´achat de génisses de plus de vingt mois. Les aides sur les génisses sont réservées aux éleveurs qui s´engagent sur un troupeau à 75 % aubrac de passer à 95 % en race pure. Pour Yves Chassany, au nom de l´Union Aubrac : "Cela va dans le sens de l´avenir, de tirer vers la qualité, seule susceptible de nous différencier". Cette aide directe du Département s´ajoute à l´aide de fonctionnement accordée depuis de nombreuses années au Syndicat des éleveurs. Toutefois, c´est une première de la part du Conseil général du Cantal.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union du Cantal se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui