L'Union du Cantal 17 novembre 2004 à 00h00 | Par Jean-Marc Authié

Le cheval, une valeur montante

Le tourisme équestre a de plus en plus la cote dans le département. A l´image de Tristan Gracient, les professionnels multiplient les initiatives afin d´attirer une clientèle intéressée par le potentiel du Cantal.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Il est un peu plus de 9 heures du matin au centre équestre de Maurs. Tristan s´affaire sur son tracteur pour acheminer la paille dans les boxes. De son côté, Christelle, sa femme, attend patiemment que les premiers licenciés arrivent. Un peu plus loin, Corentin, trois ans, cherche tant bien que mal à filer le coup de main à papa ou maman. Chez la famille Gracient, le cheval est une passion. Après près de 10 années passées dans la région Poitou-Charentes, ils sont à la tête du centre équestre de Maurs depuis quelques semaines. Officiellement, ils prendront la gestion des lieux le 1er janvier prochain. "Nous venons d´une grosse structure où 70 permanents avaient en charge plusieurs activités sportives de pleine nature. J´étais responsable de la formation tourisme équestre pour les accompagnateurs et guides au centre de plein air de Lathus dans la Vienne. J´intervenais également sur la partie pédagogique des brevets d´Etat", raconte Tristan Gracient.

Un concours de circonstance

Tout s´est joué il y a un peu plus d´un an. Pilier de l´équipe de France de Technique de randonnée équestre (Trec), il est le coéquipier et ami d´un Cantalien, Marc Couffin, qui habite Champs-sur-Tarentaine. "Marc avait deux projets en cours qu´il ne pouvait mener de front. Il connaissait mes projets. Nous, nous connaissions Maurs pour avoir participé aux championnats de France de Trec attelé en 2001". En octobre 2003, une première rencontre avec les élus de la communauté de communes a lieu. Le projet communautaire de développement du centre équestre concorde avec les projets des Gracient. L´affaire est conclue. "Il y a une dynamique intéressante sur Maurs par rapport au cheval. De plus, la possibilité d´ouvrir le champ des activités avec le foirail, le collège et le lycée n´est pas négligeable, précise Tristan Gracient.

Une image de qualité

Le futur centre équestre sera pourvu d´un manège de 25 mètres de large sur 60 de long. "Il sera ainsi adapté aux besoins réels du centre. De plus, un club- house, des bureaux et une terrasse viendront conforter le bâtiment. Quoi de plus agréable pour les parents que de pouvoir regarder leurs enfants évoluer sur les chevaux, à travers une baie vitrée tout en étant tranquillement assis !". Pas simplement venus dans le Cantal pour donner des cours et autres leçons, Christelle et Tristan Gracient souhaitent également développer le côté formation. "L´équitation, c´est un ensemble. Au-delà du loisir, du tourisme équestre, il doit y avoir une formation professionnelle adéquate". Capables d´enseigner toutes les disciplines du cheval, les Gracient croient fortement à une équitation qui allie plaisir et convivialité. "Il faut donner aux futurs professionnels de l´équitation une image de qualité. Avoir une politique d´accueil performante liée au sérieux professionnel est primordial". A l´image du couple, le Cantal regorge de professionnels de qualité sur un territoire naturel riche et propice au développement du tourisme équestre.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union du Cantal se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui