L'Union du Cantal 28 novembre 2007 à 00h00 | Par Renaud Saint-André

Le Cantal réaffirme une prédominance agricole plus marquée qu’ailleurs

La Draf Auvergne a livré des données qui comparent les chiffres clés du Cantal avec ceux de la moyenne régionale et nationale.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Dominique Boilon et Jean-Paul Meunier (Srise) aux côtés des responsables du pôle communication de la DDAF.
Dominique Boilon et Jean-Paul Meunier (Srise) aux côtés des responsables du pôle communication de la DDAF. - © R. S.-A.
Jean-Paul Meunier est responsable du Service régional de l’information statistique et économique à la Draf Auvergne (Srise). Accompagné de Dominique Boilon, responsable de l’analyse et de la diffusion du Srise, il s’est rendu le 14 novembre dernier à Aurillac pour présenter les principaux chiffres du Cantal. Les données comparatives permettent au département de se situer par rapport à des moyennes régionales et nationales. Il apparaît que le secteur agricole pèse plus de poids dans le Cantal qu’ailleurs. Divers chapitres le confirment, en termes d’emploi, d’occupation du sol, de résultats économiques...

Prédominance de l’herbe

Parmi les chiffres les plus marquants, la prédominance de l’herbe : 52 % des surfaces sont toujours en herbe dans le Cantal, pour une moyenne régionale (prenant en compte le département) de 36 % et seulement 15 % du territoire national. A contrario, l’espace occupé par la forêt est peu ou prou semblable aux moyennes régionale et nationale. La surface moyenne des 4 699 exploitations professionnelles du Cantal atteint les 72 hectares (mais avec dans le détail de fortes disparités), proche de la moyenne nationale. C’est bien moins que les 114 ha de l’Allier qui compte des zones de grandes cultures, mais plus que les 57 ha relevés en moyenne sur les exploitations extensives de Haute-Loire. Mais la grande force du Cantal, c’est son taux de renouvellement des exploitants, lié à une politique forte en faveur de l’installation. Ainsi, là où l’évolution négative du nombre d’exploitations frise les -4 % en France, il est de -3,1 % en Auvergne et seulement de -2,7 % dans le Cantal. Dans le département, ce sont essentiellement des chefs d’exploitations et des structures familiales, le Cantal faisant peu appel au salariat (8 % contre 29 % en France). 

La viande supplante le lait

Parmi les évolutions marquantes de ces dernières années, Jean-Paul Meunier retient, en termes de productions, que l’élevage bovins viande a supplanté l’activité laitière. Avec 41 % des exploitations en système allaitant et 30 % d’élevage bovins lait, le Cantal se distingue par rapport à la région qui compte 28 % des exploitations en bovins viande et 22 % en système laitier. Les données économiques régionales démontrent un revenu net par unité de travail non salarié de 13 460 euros, en progression de 7,7 % (de 6 % dans le Cantal). Jean-Paul Meunier mentionne en outre le niveau des aides directes versées en 2006 : 568,7 millions en Auvergne, dont 160,5 pour le Cantal. Quant au montant des droits à paiement unique (DPU), ils atteignent les 158 euros/ha en moyenne régionale, mais seulement 149 euros en moyenne départementale, dans une fourchette allant de 112 euros dans le Cézallier à 197 euros en Châtaigneraie. En marge des données purement agricoles, la Draf communique également sur les filières bois et agroalimentaire et sur l’eau et son prix. Sur ce dernier point, il est précisé que l’Auvergne affiche le prix au mètre cube le plus faible de France. Des chiffres confirmés dans une enquête réalisée en 2004. L’ensemble des données sont compilées dans diverses publications, mais surtout disponibles à tout moment sur Internet, sur le portail de la Draf : http://draf.auvergne.agriculture.gouv.fr ou sur celui du service Agreste : www.agreste.agriculture.gouv.fr.  

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union du Cantal se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui