L'Union du Cantal 27 septembre 2006 à 00h00 | Par Benoît Parret

Le BTS Acse enfin pérennisé à la maison familiale de Massalès

Une forte mobilisation a permis de sauver la formation au BTS Acse, délivrée par la maison familiale et rurale de Saint-Flour. Une nouvelle promotion de 10 étudiants est en cours de formation.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Invités et étudiants ont célébré la renaissance du BTS avec les responsables de la MFR de Massalès.
Invités et étudiants ont célébré la renaissance du BTS avec les responsables de la MFR de Massalès. - © L'Union du Cantal
Dix étudiants sont inscrits cette année en 1ère année de BTS Acse (analyse et conduite des systèmes d’exploitation) à la Maison familiale de Massalès à Saint-Flour. Un soulagement pour l’établissement sanflorain qui, l’an dernier, a bien failli voir cette formation remise en cause. Mais pour en arriver là, il a fallu franchir un véritable “parcours d’obstacle”, a souligné Alain Marleix, député du Cantal et “user pas moins de quatre ministres”, selon Pierre Jarlier, sénateur, pour aboutir à une solution favorable. Les deux parlementaires étaient invités à célébrer l’événement vendredi 22 septembre à la MFR. La maison familiale, qui assure cette formation depuis 2001 (après la fermeture du CRPO de Blesle), n’avait pas pu recruter l’an dernier d’étudiants en 1ère année faute de financement adéquat. Depuis novembre 2004, en effet, les élèves en BTS Acse ne pouvaient plus bénéficier des contrats de qualification et encore moins prétendre aux nouveaux “contrats de professionnalisation”. Ce qui privait la formation de financement suffisant.
“Un parcours d’obstacles”
“Nous devions trouver un moyen de pérenniser cette formation supérieure, que nous savions à terme condamnée, si elle n’évoluait pas dans son statut”, rappelait Jean-Claude Martin, président de la maison familiale. Les démarches entreprises depuis ont conduit à placer le BTS en formation initiale de l’enseignement supérieur agricole, ce qui donne droit à un financement de la part de l’Education nationale et permet aux inscrits de bénéficier du statut étudiant. La visite en mai 2004, du secrétaire d’Etat d’alors, Nicolas Forissier, séduit par “le professionnalisme de l’école”, a vraisemblablement pesé dans la balance. En mai 2006, le rapport d’inspection de la Direction générale de l’enseignement et de la recherche (DGER) a ainsi été jugé “très favorable”, autorisant la MFR à recruter à nouveau.

Un bon taux de réussite professionnelle
La Direction régionale de l’agriculture et de la forêt n’a pas été en reste pour soutenir ce dossier et maintenir une formation à l’agriculture qui ne se limite pas au seul acte de production. “C’est une chance et une responsabilité pour vous de profiter de cette formation et de faire vivre ce BTS”, lançait Raymond Laronche, chef du Service de la formation et du développement à la DRAF. Depuis sa création à Blesle, 90 % des techniciens supérieurs formés ont un emploi dans le milieu agricole dont la moitié comme chef d’exploitation dans la région et les autres comme employés des chambres d’agriculture, centres de gestion, DDA, commerce ou enseignement…

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union du Cantal se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui