L'Union du Cantal 21 janvier 2009 à 15h08 | Par R. Saint-André

“La zone commerciale de la Sablière se fera bien, et avec Carrefour”

La communauté d’agglomération d’Aurillac a tenu à faire savoir que la zone de la Sablière était en bonne voie, en invitant les responsables du projet.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Du retard. Comme prévu ou presque. Car les différentes procédures engagées contre la création d’une nouvelle zone commerciale sur le bassin d’Aurillac ne sont pas une surprise. Tout en déplorant ces recours, Jacques Mézard, président de la Caba(1) avoue qu’il s’y attendait. Mais en dépit de ces freins juridiques, la zone de la Sablière se fera bel et bien. Et ce sera avec Carrefour pour enseigne phare. Les principaux porteurs du projet, prêts à investir 80 millions d’euros, l’ont confirmé aux élus du bassin d’Aurillac.

Les détails architecturaux ont été présentés la semaine dernière aux élus locaux par les porteurs du projet commercial.
Les détails architecturaux ont été présentés la semaine dernière aux élus locaux par les porteurs du projet commercial. - © R. S.-A.

80 millions d’euros

Le 15 janvier, Jacques Mézard et Alain Calmette, maire d’Aurillac, recevaient Alain Souillard, directeur des hypermarchés Carrefour France, Bertrand de Montesquiou, président du directoire de Guyenne et Gascogne (groupe de distribution qui exploite les hypermarchés dans le sud-ouest de la France) et Jean-Marc Birade, directeur de Sopic sud-ouest (société qui conçoit et aménage les bâtiments et espaces commerciaux). “Il n’est pas question de se priver d’un projet indispensable à l’avenir du bassin d’Aurillac”, estime Jacques Mézard en développant quelques arguments. À commencer par le court terme : 80 millions d’euros d’investissements privés à destination d’abord des entreprises locales dans un contexte de crise. Ensuite, la zone va servir la population locale en légère expansion sur le territoire de la Caba en réalisant un projet structurant et générateur d’emplois. Enfin, en offrant à Aurillac et ses environs les moyens d’être concurrentiels par rapport à des bassins de vie comme Brive, Rodez ou Cahors. L’idée est d’ailleurs bien là : d’une part stopper l’évasion commerciale(2) et d’autre part capter une nouvelle zone de chalandise issue notamment de Figeac (46) ou d’Argentat (19). Dans le domaine culturel, le Prisme d’Aurillac attire déjà ces populations, comme l’explique Alain Calmette.

Ouverture en 2012
Le dossier, à l’étude depuis 2003, progresse sensiblement. Au point qu’un calendrier est avancé : un accord pourrait être signé avant l’été ; le premier coup de pioche donné début 2010 ; l’ouverture se faire au printemps 2012.
Plus d'infos à lire cette semaine dans L'Union du Cantal.
Droits de reproduction et de diffusion réservés.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union du Cantal se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui