L'Union du Cantal 19 avril 2013 à 14h07 | Par Renaud Saint-André

La taupe prend le pas sur le campagnol terrestre

La Fédération départementale des groupements de défense contre les organismes nuisibles a fait le point sur son activité lors de son assemblée générale, mercredi 10avril au Rouget.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

C’est en trois temps que s’est déroulée l’assemblée générale de la FDGdon (Fédération départementale des groupements de défense contre les organismes nuisibles).Sous l’œil attentif du président Daniel Colle et des adhérents représentant les différents territoires du Cantal, Corinne Martins de la fédération régionale (Fredon) a révélé les changements de statuts qui seront prochainement imposés, et Emmanuel Marquet, de la Fédération départementale des chasseurs est intervenu sur les espèces nuisibles. Mais dans un premier temps, Pierre Lestrade, technicien, a dressé l’état des lieux des dégâts constatés sur les cultures.

- © RSA

Les grandes lignes du prochain arrêté

“On assiste depuis cet automne à une baisse de la présence du campagnol; vraisemblablement une fin de cycle”, analyse le spécialiste. Il précise néanmoins avoir observé des populations encore très actives sur les secteurs Sud-Planèze (autour de Villedieu), ainsi que sur le canton de Pierrefort et encore quelques zones bien atteintes autour de Maurs. “Même si ça reste sans commune mesure avec ce que l’on a connu certaines années sur Allanche”, précise-t-il. PierreLestrade rappelle que la lutte contre le campagnol est toujours régie par l’arrêté de 2008 qui autorise l’emploi de bromadiolone, au moins jusqu’en mai 2015. Le prochain texte prévoira de traiter toujours plus tôt et n’autorisera que 7,5kg/ha de dose admissible, au lieu de 20 kg actuellement. Le seuil de traitement passera de 50 à 30 % d’infestation et l’arrêté municipal sera remplacé par un avis de traitement, directement déposé par le groupement de défense local. “On observe sur la taupe une très forte hausse depuis cet automne”, poursuit le technicien de la FDGdon. “Là où il n’y a plus de rats, la taupe a pris le pas. C’est notamment le cas dans le Nord-Cantal, dans le secteur de Salers, par exemple.” Et selon lui, il est important de lutter contre la taupe, “car elle sert de passage au campagnol”. Comme pour le rat taupier, le problème demeure de faire de la lutte collective pour être efficace.Une parcelle non-traitée risque d’anéantir le travail réalisés tout autour. Sur le dernier exercice, la FDGdon a distribué 34,1 tonnes de bromadiolone à 32 groupements; 520 pièges pinces à taupes à sept groupements et cinq cannes à blé à trois groupements.

Plus d'infos à lire cette semaine dans L'Union du Cantal.

Droits de reproduction et de diffusion réservés.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union du Cantal se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,