L'Union du Cantal 06 octobre 2010 à 14h55 | Par Thierry Bousseau

La Sofrap rejoint le leader du parapluie haut de gamme

Le groupe Rodolphe vient de racheter la Sofrap, l’entreprise aurillacoise spécialisée dans la fabrication de parapluies.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Une page se tourne pour l'un des derniers fabricants de parapluies du Cantal. Héritière de Sauvagnat, la Sofrap (Société française de parapluies) vient d'être rachetée par le groupe Rodolphe, propriétaire de l'entreprise Ayrens (17 salariés) à Saint-Pardoux-la-Rivière en Dordogne. Cette vente n'a certes rien d'une surprise : l'ancien PDG de la Sofrap, Daniel Debladis, avait annoncé en début d'année sa volonté de la céder moyennant une condition : le maintien de l'activité et des 27 salariés à Aurillac. À en croire Rodolphe Thiam, nouveau gérant de la Sofrap, l'activité est non seulement maintenue mais se voit même renforcée autour d'un double objectif : intransigeance sur la qualité et diversification des produits. "Produire de la qualité, c'est vital pour faire face aux parapluies à bas prix produits en Chine, qui couvrent 99 % du marché mondial", souligne Rodolphe Thiam. "Quant à la diversification, elle est absolument nécessaire pour devenir moins vulnérable aux aléas du marché. Nos deux entreprises sont déjà engagées dans cette voie, avec la fabrication d'ombrelles chez Ayrens ou de chiliennes à la Sofrap".

Rodolphe Thiam, nouveau Pdg de la Sofrap, mise sur la haute qualité des parapluies aurillacois pour se positionner à l’export.
Rodolphe Thiam, nouveau Pdg de la Sofrap, mise sur la haute qualité des parapluies aurillacois pour se positionner à l’export. - © T.B.

De la finance

Ancien financier et spécialisé dans la gestion d'entreprise, Rodolphe Thiam s'est lancé en 2005 dans la fabrication de parapluies en rachetant Ayrens, une entreprise familiale du Périgord Vert, fondée en 1868 par un étameur originaire... du Cantal ! Cinq ans plus tard, il a su convaincre Daniel Debladis de lui céder son entreprise. "Nous partageons la même philosophie de notre métier, basée sur un amour de la tradition et du savoir-faire. Et nous pensons tous les deux qu'une stratégie de différenciation permettra à la Sofrap de décrocher de nouveaux marchés, notamment à l'export", assure Rodolphe Thiam. Pour mener à bien cette opération de rachat, Rodolphe Thiam s'est assuré le concours de trois partenaires financiers qui ont intégré le capital du groupe Rodolphe : Daniel Debladis lui-même, la société cantalienne de capital-risque Sofican et un pool bancaire. Cette acquisition permet au groupe Rodolphe d'accéder au premier rang mondial des fabricants de parapluies haut de gamme, avec un chiffre d'affaires cumulé de 3,5 millions d'euros. Un gage d'avenir pour la Sofrap, qui reste l'un des cinq derniers fabricants français de parapluie aux côtés de l'entreprise aurillacoise Piganiol.

 

 

Plus d'infos à lire cette semaine dans L'Union du Cantal.
Droits de reproduction et de diffusion réservés.

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union du Cantal se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui