L'Union du Cantal 13 avril 2011 à 13h58 | Par P. Olivieri

La fromagerie Wälchli “adossée” au groupe Lactalis

Pierre Wälchli cède ses parts à Lactalis.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

La rumeur courait depuis plusieurs jours déjà. Dans un courrier adressé aux producteurs livreurs à l’entreprise Wälchli implantée depuis plus de 80 ans à Condat et qui emploie 55 personnes, son PDG, Pierre, a confirmé avoir vendu ses parts au groupe Lactalis mais non avoir cédé l’entreprise à l’industriel de Laval. Un choix qu’il a expliqué jeudi dans un communiqué après les sollicitations de l’Union du Cantal. “Après avoir repris la société familiale à mon père en 2004, j’ai œuvré dans la continuité de ce dernier pour valoriser notre produit, tant sur le plan économico-politique local, qu’au niveau de sa stratégie d’investissement dans le but de consolider notre place de leader sur le marché du saint-nectaire laitier AOP, position notamment reconnue au travers de notre dixième médaille obtenue cette année au Concours général agricole de Paris”, fait valoir le chef d’entreprise. “Le dernier investissement structurel réalisé en 2007 consistait en la création d’un nouveau site afin d’accroître l’activité d’affinage du saint-nectaire (2 000 tonnes/an) fabriqué par la société. La continuité naturelle de ce développement consiste à opérer de la même façon pour nos activités de fabrication, restées elles dans l’usine située dans le village, outil réalisé par Jean-Claude Wälchli dans les années 80. Pour réaliser cet investissement, indispensable à la pérennité de la société, j’ai choisi de m’adosser à un autre industriel fromager”, expose Pierre Wälchli.

Des valeurs industrielles communes

 

Un choix dont il indique qu’il s’est naturellement porté sur le groupe Lactalis, “entreprise familiale, privée et indépendante”, avec qui celui qui a été élu Coach Cantal en 2009 dit partager les valeurs “d’un véritable industriel, d’attachement au terroir”, en mettant en avant la capacité du leader français du marché du lait à valoriser les fromages AOP, “comme ce groupe a pu le démontrer dans de nombreuses régions, avec un portefeuille de plus de 20 AOP en France”, avance Pierre Wälchli. “Lactalis est le seul qui me permette de maintenir et d’améliorer encore la qualité de nos produits, tout en garantissant la pérennité de la société à Condat”, assure Pierre Wälchli. Ce dernier précise que s’il a cédé ses parts de la société il en restera aux commandes.

 

Consolider une position de leader

 

Si P. Wälchli estime que ce rapprochement permettra à son entreprise de consolider sa position de leader sur le marché du saint-nectaire AOP, une autre analyse consiste à y voir une opportunité pour le groupe Lactalis de conquérir le marché du saint-nectaire où il est déjà présent en transformant près de sept millions de litres de lait AOP en saint-nectaire sur l’usine d’Allanche. Contacté, le groupe Lactalis n’a pour l’heure pas répondu aux sollicitations de votre bi-hebdomadaire.

 

 

 

 

 

 

Plus d'infos à lire cette semaine dans L'Union du Cantal.

Droits de reproduction et de diffusion réservés.

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union du Cantal se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,