L'Union du Cantal 04 octobre 2006 à 00h00 | Par P.Piganiol

La Fnaca continue à résister

La Fnaca du Cantal a réuni près de 400 de ses 4 031 adhérents dimanche 1er octobre à Montsalvy.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Salle comble  à Montsalvy : près de 400 anciens combattants du département ont participé au 42e congrès de la Fnaca, qui a réuni plus de 700 personnes lors du banquet qui a suivi.
Salle comble à Montsalvy : près de 400 anciens combattants du département ont participé au 42e congrès de la Fnaca, qui a réuni plus de 700 personnes lors du banquet qui a suivi. - © L'Union du Cantal
“Les papys doivent encore faire de la résistance”, a ironisé Ambroise Nangeroni, rapporteur général de la Fnaca, en concluant le rapport d’activités de la Fédération départementale, réunie en assemblée générale dimanche à Montsalvy. Car, s’ils enregistrent quelques avancées dans la prise en compte de leurs revendications, les anciens combattants en Algérie, Maroc et Tunisie restent mobilisés sur deux points principaux : la revalorisation de la retraite du combattant, et la reconnaissance du 19 mars comme date officielle de commémoration de la fin des combats en Algérie. Ils ont décidé d’un grand rassemblement départemental le 19 mars 2007 à Aurillac pour démontrer leur détermination. Les avancées, la Fnaca ne les nie pas. Elle se félicite ainsi que le gouvernement vienne de décider d’attribuer aux anciens combattants étrangers une retraite équivalente à celle des Français. “Il aura suffi d’un film”, commentait Michel Huet, vice-président national de la Fnaca. “Ce n’est que justice”, renchérissait Pierre Dubois, président de la Fnaca du Cantal.
“Il aura suffi d’un film”...
Remarquant que cette mesure allait coûter 100 millions d’euros en 2007, il n’a pu s’empêcher de remarquer que “si le ministre trouve les moyens de satisfaire certains”, il ne doit pas oublier la promesse faite en 2002 de porter l’indice de la retraite du combattant de 33 à 48 points en cinq ans. Or, cet indice n’a été revalorisé que de deux points (soit 2 euros par mois) en 2006 et porté à 35 points. De même, la Fnaca constate que l’allocation différentielle pour les veuves d’anciens combattants ne figure toujours pas dans le projet de budget 2007. “Sincèrement, je pense que notre ministre de tutelle ne nous porte pas dans son coeur, car il pense à certains, mais nous oublie à chaque budget”, relève Pierre Dubois : “Pour preuve, dans le budget 2006, il a trouvé les moyens financiers pour indemniser les anciens activistes de l’OAS - 1 234 euros d’indemnités par trimestre d’inactivité professionnelle pour les salariés qui ne travaillaient pas mais qui étaient occupés ailleurs et vous savez où et à quoi !”.
Rassemblement départemental le 19 mars 2007
La Fnaca reproche aussi au gouvernement de s’entêter sur la date “farfelue” du 5 décembre, retenue pour commémorer la fin de la guerre d’Algérie. “Une loi, c’est bien peu de chose, sinon rien, si elle n’est pas suivie”, commentait Michel Huet, tandis que Pierre Dubois stigmatisait “le fiasco des cérémonies du 5 décembre”. “Qui d’autre que vous peut juger de la légitimité de cette date ?”, interrogeait Vincent Descoeur, président du Conseil général, qui a pris fait et cause pour la Fnaca, en faisant le voeu que “le bon sens l’emporte”. Il a expliqué que, la veille, le Conseil général avait voté à l’unanimité une motion pour rappeler son attachement à la date du 19 mars. Pour enfoncer le clou, la Fnaca a décidé d’organiser “un grand rassemblement départemental” à Aurillac le 19 mars 2007 (en matinée pour laisser place aux cérémonies locales l’après-midi). “Ce sera une cérémonie du souvenir, pas une manifestation de revendication. Nous défilerons dans la ville avec seulement de la musique et des drapeaux, dans la dignité et le recueillement”, précisait Pierre Dubois, qui a reproché au représentant de l’Etat de ne pas participer aux cérémonies du 19 mars.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union du Cantal se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui