L'Union du Cantal 18 mai 2005 à 00h00 | Par Pascal Piganiol

La filière laitière a besoin de bras

Les besoins en personnel des entreprises du secteur de la transformation laitière vont s´accroître dans les années qui viennent. D´où la nécessité de communiquer pour attirer des jeunes vers ces métiers, a constaté le secrétaire d´Etat à l´agriculture en visitant les locaux de l´Enilv.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Pas de chômage pour les jeunes qui sortent des écoles nationales d´industrie laitière (Enil). Actuellement, 120 offres d´emplois non pourvues circulent dans le réseau des Enil. Jean-Pierre Brunhes, directeur du lycée agricole d´Aurillac, les a symboliquement remises lundi à Nicolas Forissier, secrétaire d´Etat à l´agriculture, venu visiter l´établissement. Les jeunes n´ont donc que l´embarras du choix : "On a coutume de dire qu´il y a six offres d´emploi par élève sortant de nos écoles", témoigne Charles Perrot, président du Comité interprofessionnel des fromages, récemment élu à la présidence du réseau des Enil (il en existe six en France).

Plus de 5 000 postes à pourvoir d´ici sept ans

Et les besoins vont aller croissant. On estime en effet que dans les cinq à sept ans à venir, plus de 5 000 postes seront à pourvoir dans les 400 entreprises françaises, sur plus de 1 400 sites de production et dans 70 métiers différents, à tous les niveaux de qualification. Cela au moment où la transformation laitière constate des difficultés de recrutement et une désaffection des jeunes à l´égard des formations spécialisées. A tel point que les Enil offrent aujourd´hui plus de places de formation qu´elles ne reçoivent de candidats potentiels (l´Enil d´Aurillac accueille quant à elle 60 élèves en formation initiale dans les métiers du lait). Situation que l´Atla (Association de la transformation laitière française) a jugé suffisamment préoccupante pour lancer en mars un plan de communication de trois ans en faveur de la promotion des métiers du lait, qui s´adresse prioritairement aux jeunes mais aussi aux salariés en reconversion professionnelle.

A la rencontre des élèves

De tout cela, il a été question?lundi 9 mai avec Nicolas Forissier, qui a découvert et dégusté les produits laitiers et carnés fabriqués par l´Enilv avant d´en visiter les ateliers fromagers. Il a ainsi rencontré des jeunes en 3e technologique qui fabriquaient de la crème vanillée sous la conduite de Raymond Louisfert. Puis les BTS 2e année et leur professeur Serge Grange devant la chaîne de saint-nectaire, avant de visiter les caves d´affinage et faire halte enfin devant des gerles en bois, le temps de faire le point avec les représentants du Cif et le préfet sur les difficultés sanitaires rencontrées par la filière salers AOC. En fin de visite, Nicolas Forissier a brièvement rencontré les représentants des enseignants et de la section syndicale FSU qui l´ont alerté sur la diminution des moyens de fonctionnement dans l´enseignement agricole.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union du Cantal se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui