L'Union du Cantal 14 octobre 2003 à 00h00 | Par Renaud Saint-André

La DJA a 30 ans - Une réussite syndicale

La dotation "jeune agriculteur" (DJA) est née dans le Massif-central, il y a tout juste 30 ans. Si Marie-Claude Delors, vice-présidente des JA du Cantal, se réjouit que le dispositif existe encore, elle tient à remarquer que sa pérennité est d´abord le fruit d´un travail syndical.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AA

"Aidé par une volonté politique, c´est bien le syndicalisme qui a poussé à la création d´un fonds spécifique à l´installation", tient à préciser Marie-Claude Delors du groupe installation des JA du Cantal. "Mais attention, ce n´est pas un acquis, la dotation reste fragile", prévient-elle. Selon cette jeune agricultrice de Thiézac, si le syndicat ne se bat pas pour son maintien, il pourrait disparaître. Et de prendre l´exemple des prêts à taux bonifiés : récemment menacés, finalement maintenus grâce à la pression syndicale. "Or cette aide est particulièrement importante chez nous, tant le Cantal accumule du retard dans la mise aux normes de ses bâtiments", poursuit Marie-Claude Delors. Elle est convaincue que c´est le moment de se faire entendre : "Depuis janvier dernier, le gouvernement revoit sa copie".

Des changements

Les orientations semblent aller dans le bon sens, reconnaît-elle en évoquant le versement de la DJA en une seule fois, la première année de l´installation, là où on en a le plus besoin. "Il ne faut pas laisser le ministère décider tout seul de l´avenir d´une mesure née du combat syndical", estime-t-elle avec la crainte de voir l´aide réduite. Les Jeunes agriculteurs sont donc prêts à renégocier les modalités d´attribution. Mais ils n´ont plus de nouvelles du projet depuis les annonces du printemps dernier. Il avait par exemple été question de prendre en compte des équivalences comptant pour le stage de 6 mois obligatoire. Particulièrement intéressant pour ceux qui ont déjà des diplômes qualifiants ou qui ont une expérience professionnelle dans d´autres secteurs. Mais puisqu´il reste beaucoup d´incertitudes, les JA préfèrent garder un ?il vigilant. D´autant que l´installation demeure la principale préoccupation du syndicat qui, aux côtés de l´Adasea, a monté un réseau de repérage des exploitations sans successeur connu. Encouragés que le département ait décroché le prix de la transmission au dernier Sommet de l´élevage, les JA du Cantal entendent poursuivre leurs efforts en faveur de l´installation et devraient prochainement lancer une campagne de communication. Pas de doute, pour Marie-Claude Delors : "Nous nous devons de lancer des messages positifs pour attirer des jeunes vers nos métiers".

Plus de précision sur les nouvelles modalités d´attribution dans L´Union du mercredi 15 octobre 2003.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union du Cantal se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui