L'Union du Cantal 24 octobre 2014 à 08h00 | Par C.Fournier

La cosmétique, nouveau débouché pour les plantes des exploitations

Une centaine d’agricultrices et particuliers formés à l’atelier technologique du CFPPA de Saint-Flour à la transformation des plantes locales en produits cosmétiques.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Un atelier très suivi à raison de cinq sessions par an en moyenne.
Un atelier très suivi à raison de cinq sessions par an en moyenne. - © C.Fournier

Ils sont une dizaine ce vendredi 19 octobre à fréquenter à nouveau les bancs de la classe. Et, après un peu de législation, place aux travaux pratiques. Catherine Ferrer, leur prof, formatrice en bio industrie de transformation, donne les consignes. Ce matin, ce sera fabrication d’un baume. C’est le plus facile ! L’objectif est de transformer les plantes de l’exploitation en produits cosmétiques. Certaines essences que l’on trouve dans tous les fossés d’Auvergne feront de merveilleux onguents, à l’image de ces achillées millefeuilles (hémostatique) ou encore du millepertuis (antalgique)… La plupart des stagiaires sont issus de l’agriculture et comptent sur la cosmétique (1) que dispense depuis 2011 le Centre de formation professionnelle et de promotion agricole (CFPPA) pour transformer cette formation, justement, en un complément de revenus.


De l’extraction au produit fini


La semaine précédente, la première étape de la formation consistait à extraire le principe actif des plantes par macération,  distillation, ou encore broyage ou tamisage. On peut aussi extraire des parfums, une couleur,…  et les béchers et autres becs Bunsen que certains ont craint dans les classes de lycée ont ici une touche poétique. Belles couleurs et pâtes parfumées se dégagent de cette habile alchimie qui s’opère.“La chimie, c’est aussi la cuisine”, fait remarquer le directeur du CFPPA, Laurent Chirot. Sylvie est ainsi venue avec du laurier et des figues, d’autres avec du lait du miel, de la propolis. Ces agricultrices souhaitent se diversifier, et être ainsi capables de fabriquer des produits à base de plantes. Proposer un savon au thé d’Aubrac, au foin, au lait, à l’huile d’olive, etc., peut être un bon argument quand on a des chambres d’hôtes.


Des préparations obligatoirement faites dans les murs du centre


Le CFPPA est le seul établissement déclaré établissement cosmétique en France, et ainsi agréé pour la mise sur le marché des produits cosmétiques de sa fabrication. Une avance dont se félicite Laurent Chirot, et qu’il compte bien conserver : “Cette formation est une activité mais aussi elle est vectrice d’image.” Elle est synonyme de notoriété puisque Catherine Ferrer va régulièrement enseigner pour le compte du CFPPA dans plusieurs régions  de France :
Pays Basque, Lot-et-Garonne, Nord, Bretagne. Victime de son succès, l’établissement va même engager un autre prof… mais c’est bien là “l’esprit du CFPPA de répondre à la demande du territoire”.


(1) Cette formation est gratuite pour les agriculteurs pris en charge par Vivéa.


Droits de reproduction et de diffusion réservés.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union du Cantal se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui