L'Union du Cantal 13 juin 2007 à 00h00 | Par Renaud Saint-André

La Cemac se prépare à des années plus difficiles

Après l’euphorie des cours en 2006, la Cemac ne cache pas son inquiétude pour l’avenir de la filière maigre.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
L’assemblée générale de la section Cantal de la Cemac s’est tenue jeudi 31 mai à Vic-sur-Cère. Elle était animée par le président et le directeur de la coopérative, MM. Combettes et Balguérie.
L’assemblée générale de la section Cantal de la Cemac s’est tenue jeudi 31 mai à Vic-sur-Cère. Elle était animée par le président et le directeur de la coopérative, MM. Combettes et Balguérie. - © L'Union du Cantal
La baisse des cours des bovins maigres a été largement évoquée par le président de la Cemac, Jean-Marie Combettes, lors de l’assemblée de la section Cantal. Il insistait sur les animaux de races pures dont les prix s’effondrent de façon assez spectaculaire. Peut-être parce qu’ils étaient montés trop vite, trop haut. C’est notamment le cas en race aubrac, mais en règle générale de toutes les races à moyen ou faible effectif.
"Une à deux années difficiles”
“Désormais, l’Italie privilégie la charolaise pour la distribution en grande surface”, a constaté M. Combettes. “Voilà qui nous promet une à deux années difficiles”, prédit le directeur de la Cemac, Jean Balguérie. Mais si l’activité de  collecte en 2006 dans le Cantal est déjà en légère diminution (-137 animaux), il l’explique par d’autres facteurs : l’absence d’un technicien pendant 2 mois et le report d’un certain nombre d’animaux de décembre à janvier ou février... en raison de la baisse des cours. Une hypothèse confirmée par l’évolution de la collecte départementale au cours du premier semestre : +25 %.

Ni trop lourds, ni trop vieux, ni trop gras...
Le président a demandé aux adhérents de produire -plus que jamais- de la marchandise conforme à la demande : “Attention aux animaux trop lourds, trop vieux, trop gras”, prévient M. Combettes. “Ce n’est pas non plus le moment d’abandonner la production d’animaux garantis sans OGM à laquelle l’Italie est très attachée”, ajoute-t-il. Cette assemblée de section a permis aussi de faire le point sur les travaux en cours dans le Cantal. La Cemac a rappelé qu’elle venait d’investir 30 000 euros dans le centre d’allotement du Pontet et que la coopérative participait activement aux concours salers et aubrac organisés dans le département.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union du Cantal se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,