L'Union du Cantal 18 juillet 2007 à 00h00 | Par B. Parret

La cave d’affinage de “l’artisou de Margeride” inaugurée à Vieillespesse

La SARL “Les Artisous de Margeride” vient d’inaugurer sa cave d’affinage, située à l'ancienne coopérative laitière de Vieillespesse.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
L’ouverture de la cave d’affinage : un évènement pour les producteurs de “l’artisou de Margeride”.
L’ouverture de la cave d’affinage : un évènement pour les producteurs de “l’artisou de Margeride”. - © B.P.
C'est une nouvelle étape dans la relance d’un produit emblématique de la Margeride : le fromage aux artisons sera désormais affiné à l’ancienne coopérative laitière de Vieillepesse (au lieu-dit La Gare). Un site abandonné depuis 1991 et qui a trouvé sa place dans le projet de la SARL “Les Artisous de Margeride”. Les 35 producteurs-associés-salariés de cette société ont tous mis la main à la pâte pour aménager les locaux à un coût abordable. Les compétences de chacun en démolition, maçonnerie, plomberie, isolation… ont été mises à contribution en plus de l’intervention des entreprises.
“Seulement une étape”

L' installation de cet outil, au cœur de la zone de production, est vécue comme un grand moment par les producteurs et leurs familles. Un évènement célébré au cours d'une fête organisée le vendredi 5 juillet sous le parrainage d' André Valadier, président de la coopérative Jeune Montagne de Laguiole, et de la chanteuse originaire du pays, Guylaine Laur. "Du chemin a déjà été parcouru, mais il ne s' agit là que d' une étape", soulignait Jean-Pierre Olagnol, gérant de la SARL, au moment de remercier les personnes impliquées depuis 2001 dans le projet de relance de l' artison de Margeride. "Nous avons tissé de nombreux partenariats pour parvenir jusqu' ici et réaliser cette cave d' affinage”. La commune de Vieillespesse, comme l' a rappelé son maire, Maurice Monier, a racheté le site à l' abandon à la société 3A. Avec l' idée d' une relance économique du site, en juillet 2006, la collectivité acceptait la revente d' une partie du bâtiment. "C' est un spectacle de désolation que nous avons découvert, cassé, pillé...”, rappelle Jean-Pierre Olagnol.

150 000 euros d' investissement

L' aménagement a coûté 150 000 euros avec un apport de 27 000 euros des associés, un prêt bancaire de 15 000 euros, une aide de 61 000 euros du Conseil régional et une aide attendue du Conseil général. De son côté, la société Boralex, qui a implanté les éoliennes sur le plateau d' Ally, accordera une aide annuelle de 10 000 euros pendant cinq ans. Après les travaux, les producteurs ont pris les responsabilités du suivi du produit, du conditionnement, des commandes, du suivi clientèle, des livraisons, de l' hygiène...“La place des femmes est prépondérante dans notre organisation", se félicite M. Olagnol. André Valadier a répondu à une invitation vieille de six ans, lorsque les producteurs margeridiens avaient visité sa coopérative de Laguiole. "Je découvre une action poursuivie avec ténacité et détermination et je veux dire mon admiration aux producteurs pour leur initiative de relance d’un produit aussi difficile à réaliser qu' un fromage", a souligné l' ancien président du comité des produits laitiers de l' Institut national des appellations d' origine (Inao). Si je ne vous soutenais pas, je renierais tout ce que je dis depuis un quart de siècle”.



Plus d'infos à lire cette semaine dans L'Union du Cantal.
Droits de reproduction et de diffusion réservés.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union du Cantal se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui