L'Union du Cantal 05 septembre 2007 à 00h00 | Par Renaud Saint-André

La baisse générale de fréquentation affecte l’Auvergne et le Cantal

Le bilan de la saison touristique ne sera pas bon. En cause, d’une part la météo, d’autre part une offre vieillissante à qui la région entend offrir une cure de jouvence.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La tendance était présentée cette semaine par Spot, le CDT et les représentants des prestataires touristiques.
La tendance était présentée cette semaine par Spot, le CDT et les représentants des prestataires touristiques. - © R. S.-A.
Les chiffres de l’Insee ne seront pas connus avant novembre. Mais avant que soient livrés ces indicateurs officiels qui dressent le bilan d’activité économique du secteur touristique, Spot-Auvergne a donné la tendance de la saison, s’appuyant sur une enquête d’opinion réalisée entre le 6 et le 10 août. “Un printemps en demi-teinte et un été... prudent”, résume le président de Spot, Bernard Bouniol. Principale raison de ce que l’on nomme pudiquement “l’érosion des séjours” : la météo. Toutefois, et contrairement à ce que l’on pourrait croire compte-tenu de sa réputation,  le Cantal tire plutôt mieux son épingle du jeu que le reste de l’Auvergne, du moins de mai à juillet. Le panel représentatif de 64 prestataires de tout niveau qualitatif estime la fréquentation en baisse pour 40 % d’entre eux et stable pour 21 % ; ils sont respectivement 45 % et 26 % sur le panel régional.
Pas une activité anecdotique

Et si ces chiffres sont pris très au sérieux, c’est que l’activité touristique dans le Cantal est loin d’être anecdotique, comme aime le rappeler Bernard Bouniol : “Le tourisme, c’est 7 % du PIB national, mais c’est le double dans le département”. Dans le détail du bilan de cette année décevante, il apparaît d’assez fortes disparités. Les activités de pleine nature ont été sévèrement touchées, tandis que les musées enregistrent une hausse de fréquentation. Le  taux de remplissage des hôtels dépend de leur niveau de prestation, la qualité inférieure ou moyenne étant de plus en plus boudée, souligne le président de l’Industrie hôtelière, Thierry Perbet. Même constat du côté des Gîtes de France où les trois épis et plus sont ceux qui enregistrent le plus fort taux d’occupation, confirme Solange Escure, directrice du relais départemental. Préférant voir un verre à moitié plein plutôt qu’à moitié vide, Emmanuel Briant, directeur du Comité départemental de tourisme, retient surtout que 51 % des prestataires interrogés estiment que leur chiffre d’affaires est stable ou a progressé. “Mais la multiplication des courts séjours donne davantage de travail aux hôteliers”, relève Thierry Perbet. Celui-ci précise en outre que si les températures plutôt fraîches ont favorisé les repas en restaurant, elles ont pénalisé les cafetiers-limonadiers. Jean-Michel Blanc, directeur de Spot, admet aussi qu’en réservant de plus en plus tard, la clientèle touristique plus mobile aura préféré suivre cette année... le soleil.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union du Cantal se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui