L'Union du Cantal 26 avril 2006 à 00h00 | Par P.Piganiol

L'élevage de chevaux lourds se porte bien

Le Syndicat des éleveurs constate que l'élevage de chevaux lourds continue de croître en quantité comme en qualité dans le département.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Avec 12 650 animaux pour 2 064 éleveurs, l’Auvergne se classe au premier rang des régions françaises pour l’élevage de chevaux lourds. Et le Cantal se taille la part du lion dans la région avec 982 éleveurs et autour de 48 % de l’effectif auvergnat. Cet élevage continue de progresser en quantité comme en qualité, a relevé le syndicat départemental des éleveurs de chevaux de races lourdes, réuni en assemblée générale le 14 avril à Aurillac. Ainsi, le nombre de saillies a encore augmenté l’année dernière, passant de 2 268 à 2 385. Le syndicat regroupe quant à lui 357 éleveurs avec 32 nouveaux adhérents qui compensent 31 départs. Ces 357 adhérents représentent 1 165 juments et 72 étalons. Leurs cotisations alimentent pour moitié le budget 2005 du syndicat, qui se solde sur un bénéfice de 1 118 euros pour 20 767 euros de dépenses.
Le nombre de saillies en hausse Dans son rapport moral, le président Roger Condamine s’est félicité de la bonne tenue des cours en 2005 et de la bonne participation des éleveurs aux concours locaux, en annonçant l’organisation d’un concours départemental le samedi 14 octobre à Allanche. Il a remarqué que cinq animaux cantaliens ont été retenus pour la nouvelle pépinière d’étalons nés en Auvergne en bénéficiant d’une aide de la Draf. Il a d’autre part souligné le succès du site internet mis en place par l’Union des chevaux de trait d’Auvergne (www.chevauxde trait.com). Puis, Pérette Allier, directrice des haras d’Aurillac et Pascal Baron, chargé de mission à la direction régionale des haras nationaux, ont fait le point sur les aides et la réglementation. Ils ont rappelé que le puçage est désormais obligatoire pour présenter des animaux aux concours, en insistant sur le fait que, pour percevoir les aides de l’Ofival et du Conseil régional, il est nécessaire de renvoyer les papiers aux haras nationaux afin d’obtenir un numéro Sire.
Un nouveau centre de ressources à Aurillac Le président Condamine tout comme Jean-Louis Valarcher et Chantal Cor, représentants la Chambre d’agriculture et la FDSEA, ont par ailleurs insisté sur la nécessité de maintenir les haras nationaux à Aurillac, jugeant que l’importance de cet élevage dans le Cantal suffisait à justifier leur maintien. En réponse, Pascal Baron a confirmé la création d’ici la fin de l’année à Aurillac d’un centre de ressources du cheval de trait, sans faire état d’une quelconque menace sur l’avenir de la structure. Enfin, le conseiller général Jean-Yves Bony a rappelé que, dans le cadre de la convention agricole, le Conseil général apporte une aide à l’acquisition de pouliches et étalons. Il y consacre 20 000 euros par an sur trois ans. Au total, 60 achats ont été financés et l’action se poursuit pour une troisième année. En pariant que cette aide pourra être reconduite dans le cadre de la prochaine convention agricole.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union du Cantal se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui