L'Union du Cantal 09 novembre 2009 à 17h32 | Par C. Delisle

L’éco-construction va faire son entrée dans les bâtiments d’élevage

Lors d’un colloque européen, l’Institut de l’élevage a présenté le concept d’éco-construction appliqué aux bâtiments d’élevage.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

L’Institut de l’élevage et ses partenaires viennent de lancer un programme de recherche soutenu par le Casdar sur “l’application d’une démarche d’éco-construction et de management environnemental aux bâtiments d’élevage”. Les principes de l’éco-construction sont repris dans la démarche de Haute qualité environnementale (HQE) et divers labels français et étrangers, tout en créant un environnement intérieur satisfaisant, durant l’ensemble de son cycle de vie (de la construction à la démolition).

Intégration optimale

Cette démarche est pour l’heure appliquée de façon volontaire, principalement aux logements et aux bâtiments d’activité tertiaire. Dans ce cadre et pour l’Institut de l’élevage, “il s’agit de créer un bâtiment doté de technologies lui permettant de respecter au mieux l’environnement dans sa contribution, en cherchant à s’intégrer le plus respectueusement possible dans un milieu, en utilisant des ressources naturelles locales”. La charte “Éco-construction des bâtiments d’élevage”, intègre qua-tre grands thèmes autour desquels doivent s’inscrire les choix à conduire lors de la mise en place ou de la réhabilitation d’un bâtiment d’élevage éco-construit. “Le premier prend en compte l’intégration de la construction dans le site. Le second s’intéresse aux matériaux, ressources et nuisances, afin de limiter les prélèvements de matières premières et les rejets et d’optimiser les recyclages. Le troisième axe se concentre sur l’énergie, l’eau et les déchets d’activité pour limiter les besoins, ainsi que les rejets polluants, et favoriser au contraire les énergies renouvelables. Le dernier point concerne le confort et la santé. Chaque axe a été testé dans des exploitations et certains points ont reçu un accueil positif par les éleveurs. Par exemple, pour l’axe 2, la conception et la durabilité des matériaux éco-certifiés sont mis en avant. Pour l’axe 3, la réalisation d’une étude prévisionnelle des consommations d’énergie et l’ajout de compteurs sont plébiscités. Mais lors de la construction d’un bâtiment, il est nécessaire de considérer le projet dans sa globalité et de ne pas se focaliser uniquement sur le bâtiment à construire. “Ces quatres axes englobent 69 points dont le tiers est considéré comme incontournable”, explique Jean-Yves Blanchin, de l’Institut.

Une charte et un référentiel

Une charte et un référentiel adaptés aux bâtiments d’élevage sont en phase de test dans une quinzaine d’élevages français avant leur validation par les professionnels et financeurs. Ces documents illustreront les solutions techniques disponibles par des exemples concrets et fourniront des rappels de réglementation. Un extrait de la charte est à l’étude sur la liaison entre l’éleveur-maître d’ouvrage, le concepteur et les constructeurs, permettant aux constructeurs de mieux prendre en compte l’engagement de l’éleveur-maître d’ouvrage lors de leur réponse aux appels d’offre.

Plus d'infos à lire cette semaine dans L'Union du Cantal.

Droits de reproduction et de diffusion réservés.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union du Cantal se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui