L'Union du Cantal 28 avril 2004 à 00h00 | Par Benoît Parret

L´appel des présidents des coopératives laitières de la Planèze

Les coopératives laitières de la Planèze viennent de créer un collectif pour porter leurs revendications sur la redéfinition de l´appellation d´origine contrôlée cantal.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
"Nous voulons être représentés au sein du Cif et écoutés sur nos propositions" ! Avec l´aval de leurs conseils d´administration respectifs, les présidents des coopératives de la Planèze de Saint-Flour sont sortis de l´ombre lors d´une conférence de presse à Alleuzet des Ternes. Dans un communiqué commun, ils écrivent : "Nous voulons alerter les opinions sur les pratiques qui ont cours et nous ne pouvons tolérer que nos produits soient banalisés". Le collectif qu´ils viennent de créer demande que le nouveau décret limite l´appellation d´origine contrôlée au seul cantal fabriqué au lait cru, entre-deux minimum, et une remise à plat de la représentation au sein du Comité interprofessionnel des fromages (Cif).

"Il en va de notre avenir"

"Il en va de notre avenir de mieux valoriser nos produits au moment où la réforme de la Pac nous promet une baisse du prix du lait de 30 centimes", souligne Max Fric, président de la coopérative d´Oradour. Pour les coopératives locales, le choix est fait de produire un cantal AOC haut de gamme, dont la spécificité repose sur le lait cru et l´affinage. Dès lors, il est temps de trier le lait. Les ateliers pourraient évoluer vers une spécialisation afin d´accueillir et transformer le lait non "aocisable" en d´autres produits. "Et puis, nous bénéficions sur la zone des AOC bleu d´Auvergne et fourme d´Ambert", fait remarquer Guy Loussert, président de la coopérative d´Alleuzet et vice-président du Cif. Deuxième zone laitière du Cantal derrière la Châtaigneraie, la Planèze concentre l´essentiel des dernières coopératives indépendantes du département. Ces huit entités représentent 225 producteurs, 30 millions de litres de lait par an et 15 % du fromage AOC cantal produit. "Il n´est plus acceptable que l´AOC cantal soit prise en exemple de ce qu´il ne faut pas faire", tempête Henri Cairon, président de Chambernon.

Les producteurs partent à l´offensive

Fort d´une volonté commune et de certaines expériences locales menées à Valuéjols et Chambernon, le collectif veut désormais faire entendre sa voix sur un cantal AOC affiné au lait cru, seul susceptible selon lui de démarquer le produit et de le tirer vers le haut. "Au sein du Cif, nous sommes quatre sur douze, dont le président et moi-même, à soutenir une telle orientation", fait savoir Guy Loussert. Les industriels, les grosses coopératives et les producteurs qui leur sont affiliés sont contre". Le lait cru sous-entend la mise à l´écart de l´ensilage et de certaines pratiques comme la pasteurisation au moment de la transformation. Ce que refuseraient certains industriels qui, selon les présidents des coopératives de Planèze, "font la pluie et le beau temps au Cif". "Nous travaillons sur un nouveau décret", indique Christian Marliat. Car, ajoute Guy Loussert, "celui qui nous est actuellement présenté ne change rien par rapport à celui en vigueur, dont les bases remontent à 1965, c´est-à-dire une toute autre époque". "Que les responsables, notamment syndicaux, prennent leurs responsabilités dans cette affaire", lance Max Cassanhes.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union du Cantal se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui