L'Union du Cantal 18 mai 2011 à 14h16 | Par C. Fournier

L’ambassadeur séduit par Garabit

Samedi 11 heures. Des visiteurs de marque sont attendus par des responsables de la SNCF. Ils ont le privilège de se glisser dans les entrailles rouge poinsettia du viaduc de Garabit.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Enfin, le privilège se mérite. Car l’itinéraire, au moins dans les premiers mètres, a des allures de via ferrata, et la SNCF a quand même demandé une décharge, au cas où… Mais qu’importe, la verticalité du moment pourvu que l’on ait l’ivresse de la grimpe… et c’est parti au dessus de la Truyère. Son excellence Timothy Fischer, ancien vice-premier ministre d’Australie, actuellement ambassadeur auprès du Vatican, est le premier à s’y coller et à escalader ce boyau de fer qui fonce vers le ciel de fer de l’ouvrage. Les échelons, du genre fusée lunaire d’Hergé, sont interminables… Mais pas de Tintin et Milou dans les parages… Pas plus de Lulu et Malou, les personnages de Patricia Rochès, une amoureuse de l’œuvre de fer qu’elle a immortalisée en BD sous le titre : “À la découverte de Garabit.” Elle aussi est du voyage et elle a visiblement fait passer sa passion à l’ambassadeur en visite privée et qui, en prenant pied sur la première plateforme du géant de fer, s’écrie : “Amazing”(étonnant) !

Accueilli par Louis Clavilier, Timothy Fischer a découvert le viaduc de Garabit.
Accueilli par Louis Clavilier, Timothy Fischer a découvert le viaduc de Garabit. - © C.F.

Un nouvel ambassadeur du Cantal et de Garabit

 

“Nous connaissions sa passion du chemin de fer”, expliquent Jacques Bence et son épouse, Anne-Marie. Amis de longue date de Tim Fischer, les Français, qui ont vécu trois ans en Australie, l’ont guidé jusqu’à ce lieu emblématique du Cantal. “Quand nous lui avons parlé de Garabit, lui qui souhaitait avant tout voir le viaduc de Millau, il s’est montré très intéressé. Il terminait un livre sur les ouvrages d’art ferroviaire. Il a donc rouvert : “Trains unlimited in the 21st century” pour y inclure Garabit.” L’ouvrage paraîtra dans quelques jours. L’auteur a souhaité rappeler dans cet ajout l’esprit de ces deux créations “menées avec la même audace, l’un par Eiffel, l’autre par Eiffage. D’une part, ce magnifique ouvrage qui est le meilleur exemple du XIXe siècle et d’autre part, Millau, celui du XXIe siècle. Si j’avais une maison à acheter, j’aimerais bien cet hôtel “Beau site”, pour la vue”, plaisantait-il lors du déjeuner, face au viaduc. Mais ce n’est pas tout : le bouillonnant Tim Fischer a concocté un autre projet durant la nuit dernière, d’ordre festif : célébrer le 125e anniversaire du viaduc de Garabit avec un train spécial. Le “Grand viaduc express à vapeur” partirait de Paris à 7 h 30, puis escale à Garabit à 13 heures… d’où il repartirait à 16 heures, puis atteindrait le viaduc de Millau au coucher du soleil. Après une bonne nuit dans la cité des gants, les voyageurs repartiraient le lendemain, en sens contraire. Une idée qu’apprécient tout particulièrement Patricia Rochès, par ailleurs adjointe au maire de Saint-Flour, et Louis Clavilier, président du syndicat Garabit Grandval, qui, après avoir accueilli l’ambassadeur, se félicitait de cette initiative en direction “de cet ouvrage d’art dont nous sommes fiers et dont nous souhaitons faire la promotion”. Le temps de voir passer un train de voyageurs sur le viaduc de Garabit que déjà, il était temps pour les trois amis de prendre la route du retour. Timothy Fisher repartait en effet dimanche dernier à Rome, non sans avoir assuré que “le XIXe siècle serait celui du renouveau ferroviaire” et en faisant aussi une promesse à Patricia Rochès. Le musée “Tower bridge” de Londres abrite en effet une exposition permanente sur les ponts et viaducs du monde. L’objectif de la jeune femme est que Garabit y figure aussi. Elle a écrit en ce sens à la direction du musée et a eu une réponse polie mais loin d’être décisive… Timothy Fischer l’a assurée de son soutien. Dans le monde anglophone, l’ambassadeur a ses entrées.

 

 

 

 

 

 

Plus d'infos à lire cette semaine dans L'Union du Cantal.

Droits de reproduction et de diffusion réservés.

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union du Cantal se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui