L'Union du Cantal 06 juin 2007 à 00h00 | Par Renaud Saint-André

L'agglo d'Aurillac inaugure son nouveau centre aquatique

4 000 m2 de bâtiments, 1 100 m2 de bassins, 20 salariés, plus de 8 millions d'euros investis : le centre aquatique de la communauté d'agglomération a été inauguré samedi 2 juin.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
De nombreux élus, de la Caba, mais aussi de bien au-delà, ont assisté à l'inauguration officielle du Centre aquatique.
De nombreux élus, de la Caba, mais aussi de bien au-delà, ont assisté à l'inauguration officielle du Centre aquatique. - © L'Union du Cantal
“Les bassins sont là, vous les avez sous les yeux !”, lance le président de la Caba aux nombreux invités venus assister à l'inauguration du nouveau centre aquatique, samedi 2 juin. C'est que, à force de l'évoquer, certains pouvaient croire au serpent de mer : le premier projet, né sous la présidence d'Yvon Bec (d'ailleurs présent), a été entièrement revu et corrigé. Jacques Mézard parle effectivement de “l'aboutissement d'efforts” qu'ils soient d'ordres administratifs, technique ou financiers, mais répondant à un objectif politique déterminé engagé par la collectivité qu'il préside : faire du bassin d'Aurillac un territoire attractif pour améliorer toujours et encore les données démographiques. “Il faut commencer par donner à ceux qui vivent ici les équipements concurrentiels qu'ils sont en droit d'attendre”. Un objectif qu'il sait commun au Département, à la Région, et même aux services de l'Etat dont il salue la participation financière de chacun : 800 000 euros du Conseil général ; 1,45 million d'euros du Conseil régional ; 1,63 million d'euros de l'Etat (dont une subvention du ministère de la Jeunesse et des Sports).
8 millions investis
Il se félicite en outre que ce projet ait su fédérer, surmontant les sensibilités politiques des uns et des autres… Un partenariat concerté dont il se félicite, même si l'avocat qu'il est, plaide pour une plus grande autonomie financière des différentes collectivités. La totalité des travaux engagés par la Caba a été facturée 8,13 millions d'euros. Une somme très relative, selon René Souchon, président de la Région Auvergne, qui rapproche ce projet de ceux de Montluçon (réalisé) ou de Vichy (en cours) et facturés… le double, pour des prestations à peu près identiques. M. Mézard justifie cette différence par le fait  que le Centre aquatique d'Aurillac est “à l'échelle d'un bassin de vie”. Il ne se fait pas d'illusion sur une hypothétique attractivité dans un rayon de 100 km et plus. Néanmoins, le président du Conseil général, Vincent Descoeur est convaincu que cette “valeur ajoutée” profitera bien à tout le département, en harmonie avec le projet complémentaire de centre aquatique que réalise le pays de Saint-Flour.

Des équipements variés
Douze maîtres nageurs, 4 agents administratifs et 4 agents d'entretien travaillent sur ce site qui compte un bassin ludique, des pataugeoires, un bassin sportif de 25 mètres de long, une série de “pentagliss” (tobogans aquatiques extérieurs), des équipements de remise en forme (cardio, balnéo, jacuzzi), des jeux (ping-pong, mer de sable, etc). Mais à noter parmi les innovations les plus marquantes, un étonnant bassin dont la profondeur varie de quelques centimètre à près de 2 mètres. Il est dédié à l'apprentissage des personnes souffrant d'aquaphobie (peur de l'eau). L'ensemble des bassins étant chauffé à une température allant de 28 à 35°... Une grille tarifaire a été élaborée en fonction du nombre d'entrées vendues et des espaces choisis. Pour une entrée unique aux bassins sportifs, ludiques et extérieurs, il en coûtera 4,5 euros/adulte et 3,75 euros par “junior” de 4 à 18 ans. L'entrée étant gratuite pour les enfants de moins de 4 ans. Les horaires sont communiqués au 04 71 48 26 80.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union du Cantal se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,