L'Union du Cantal 01 juin 2011 à 14h51 | Par R. Saint-André

L’activité d’étalonnage sera transférée à un collectif ou au secteur privé

Créée sous Colbert, l’institution cherche à s’adapter à un monde plus moderne. Les Haras nationaux se détachent du secteur concurrentiel qu’est l’étalonnage.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

La stabulation, les espaces techniques et laboratoires sont flambants neufs. Au cœur des Haras d’Aurillac, on y pratique l’insémination animale, dont celle des chevaux de traits. Mais lors de l’inauguration de ce nouvel équipement, la direction nationale des Haras a clairement précisé vouloir transférer cette activité d’ici fin 2014. C’est le message, accueilli sans enthousiasme, qu’est venu délivrer, samedi matin à Aurillac, Philippe de Guénin, directeur général de l’Institut français du cheval et de l’équitation. “Parce que le cheval notamment de races lourdes fait partie du patrimoine du Cantal, le Conseil général ne peut pas se désintéresser de l’avenir du site”, affirme Vincent Descœur, président de l’assemblée départementale. “Mais si pour maintenir cet outil de proximité, nous sommes ouverts à une forme de collaboration, il n’est cependant pas question de substitution.”

La stabulation qui abrite les étalons a été entièrement reconstruite après l’incendie criminel de juillet 2008.
La stabulation qui abrite les étalons a été entièrement reconstruite après l’incendie criminel de juillet 2008. - © RSA

Collectivités inquiètes

 

“Il y a quelques années, on nous laissait entendre que le Haras d’Aurillac serait rayé de la carte. La situation s’est depuis améliorée, à cette heure où on inaugure un nouveau bâtiment. Mais l’idée d’une date butoir pour définir l’avenir de l’activité n’est pas de nature à nous rassurer”, lâche le président Descœur au responsable national. Et s’il admet qu’un modèle reste à construire, il imagine des bases tripartites, entre l’État, les collectivités locales et les éleveurs, tout en s’interrogeant sur la capacité contributive du Département et le maintien de tarifs supportables pour les éleveurs... En écho, le sénateur Mézard, président de la communauté du bassin d’Aurillac (Caba), s’est félicité dans un premier temps que les engagements relatifs à la reconstruction des bâtiments incendiés aient été tenus et s’est indigné dans un second temps que “l’on fasse constamment appel aux collectivités locales pour assumer ce dont l’État ne veut plus”. Philippe de Guénin se défend en soulignant que l’outil qui vient tout juste d’être inauguré serait mis à disposition et que du personnel (150 agents partout en France) pourrait être loué en période de saisons de monte. Il ne cache pas cependant que les fonctionnaires seront de moins en moins nombreux : “Chaque année, on me demande de rendre 5 % des effectifs”, avoue-t-il. Mais il estime que le Cantal a cette chance de conserver, même sous une forme nouvelle, une station de monte. Il y en a 76 actuellement sur le territoire national. Il ne devrait plus y en avoir qu’un tiers d’ici trois ans... Dont le site d’Aurillac.

 

 

 

 

 

 

Plus d'infos à lire cette semaine dans L'Union du Cantal.

Droits de reproduction et de diffusion réservés.

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union du Cantal se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui