L'Union du Cantal 03 octobre 2012 à 15h32 | Par S.Giraud-Chatenet

Jeunes agriculteurs - Les installations en recul en 2011

En 2011, 259 projets d’installations agricoles aidées se sont concrétisés en Auvergne. C’est 30 % de moins qu’en 2010.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les Jeunes agriculteurs d’Auvergne et l’ensemble de leurs partenaires se sont retrouvés, la semaine dernière, au lycée agricole de Brioude-Bonnefond en Haute-Loire, à l’occasion du Comité régional à l’installation (CRI). Un temps fort où il a été question de chiffres mais aussi de politiques. Côté chiffres, l’heure n’est pas à l’euphorie, bien loin de là, puisqu’en 2011, le nombre d’installations aidées a reculé de 30 % : 259 projets acceptés en CDOA (commission départementale d’orientation agricole) en 2011, contre 303 en 2010 (voir encadré). Sans compter que depuis 2006, l’Auvergne parvenait à maintenir le cap en installant en moyenne 350 jeunes par an. Difficultés d’accessibilité au foncier, demandes de garanties des banques de plus en plus importantes, mises aux normes coûteuses, mais indispensables, investissements de plus en plus élevés et charges en constante augmentation… La liste des freins à l’installation est longue. Pour autant, les Jeunes agriculteurs d’Auvergne ne comptent pas sombrer dans le pessimisme.

Travailler ensemble


Il existe, selon le président Jérémy Leroy, des leviers d’actions pour inverser la tendance : “Le renouvellement des générations en agriculture est le défi que s’est lancé JA depuis sa création. Pour cela, les JA Auvergne tiennent à travailler avec tous les outils et partenaires pour l’installation, et cherchent toujours de nouvelles idées pour favoriser l’installation, par exemple, avec le laboratoire d’idées à l’installation dont les JA sont partenaires de la Fédération nationale ovine.” Des nouvelles idées plus en phase avec les projets qui émergent aujourd’hui et émanant des candidats que l’on a coutume de nommer “hors cadre familial” (HCF). Depuis le début des années 2000, le nombre d’installations HCF fluctue entre 20 et 30 % des installations totales. En raison de l’ampleur de l’investissement, les projets portés par les HCF comportent souvent un volume de foncier plus limité. Faut-il y voir une relation directe, mais force est de constater que les productions atypiques de la région commencent à représenter une part de plus en plus importante en Auvergne, avec notamment des installations en volailles (dix projets ont vu le jour en 2010) et en maraîchage (huit installations en 2010). Des installations qui sont justement moins gourmandes en foncier.
En Auvergne, 17 projets d’installations en ovins-caprins ont été acceptés en CDOA en 2011.
En Auvergne, 17 projets d’installations en ovins-caprins ont été acceptés en CDOA en 2011. - © S.G.

Le poids de l’investissement

Reste qu’au chapitre des investissements, la note s’avère de plus en plus lourde quel que soit le projet. Ainsi en 2011, les 259 installés auvergnats ont investi pour un montant total de 64 470 725 euros, avec un montant moyen d’investissement par jeune de 249 887 euros, soit une augmentation de ce montant moyen de 37 % en cinq ans. Globalement, l’installation en élevage est prédominante en Auvergne, puisque 69 % des installations se font en bovins viande, lait ou mixte. Et depuis 2005, ce sont les installations en bovins viande qui ont pris le pas sur les installations en bovins lait. Enfin, preuve que les efforts de la filière ovine pour promouvoir le métier d’éleveur commencent à porter leurs fruits, 7 % des installations dans la région se font au moins avec une production d’ovins-caprins. Des raisons d’espérer existent donc bel et bien, aux professionnels de s’en emparer.

 

Plus d'infos à lire cette semaine dans L'Union du Cantal.

Droits de reproduction et de diffusion réservés.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union du Cantal se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,