L'Union du Cantal 27 octobre 2004 à 00h00 | Par Benoît Parret

Jacques Chirac dans le Cantal

A Ségur-les-Villas puis à Murat, le président de la République a découvert deux atouts du Cantal que sont l´agriculture de montagne et la filière bois. Le Gaec des Lotier et la scierie Chalbos ont servi d´exemples.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Au Monteil de Ségur-les-Villas, les deux associés du Gaec du Lotier, Hubert Marcombe et Jean-Louis Caillon, ont accueilli jeudi matin le Président Jacques Chirac et son ministre de l´Agriculture Hervé Gaymard. Mettant très rapidement à l´aise ses hôtes, le chef de l´Etat a salué la famille des deux éleveurs avant d´entrer dans le vif du sujet avec les présidents de la FDSEA, des Jeunes agriculteurs et les éleveurs : l´agriculture de montagne. En aparté, le temps de quelques pas sur un chemin menant à un pâturage, puis à l´intérieur de la stabulation devant quelques salers surprises de tant d´agitation médiatique (une cinquantaine de journalistes et photographes suivaient le cortège présidentiel), Jacques Chirac a pris le temps de discuter.

L´agriculture de montagne

A 1 000 mètres d´altitude, au milieu de paysages superbes, Hubert Marcombe et Jean-Louis Caillon possèdent un troupeau allaitant avec production de broutards pour l´Italie et engraissement de génisses. Ils viennent de construire un bâtiment d´élevage et en ont un autre en projet. Ils ont profité de l´occasion pour sensibiliser le chef de l´Etat aux coûts de construction supplémentaires liés à l´altitude, estimés entre 25 et 30 %. Bien entendu, à ce moment-là, il a été question des soutiens financiers accordés à l´agriculture de montagne et notamment de la revalorisation de la fameuse Indemnité compensatoire de handicaps naturels. "Elle représente 23 % de nos revenus", ont relevé les éleveurs. Patrick Escure, président de la FDSEA du Cantal, a également insisté sur la nécessité pour l´agriculture départementale d´obtenir les moyens de poursuivre sa modernisation.

La forêt : un atout pour le Cantal

La visite présidentielle s´est poursuivie à Murat, sur le site de la scierie Chalbos, pour aborder avec les élus et les professionnels de la filière bois un autre atout économique du Cantal qu´est la forêt. Guidé par les deux responsables de l´entreprise, Hervé Chalbos et Jean-Claude Valette, le président de la République a fait le tour de cette affaire familiale créée en 1935 et qui emploie huit personnes. Spécialisée dans le bois de charpente, la SARL Chalbos a transformé 4 000 mètres-cubes de bois en 2003 commercialisés dans le Cantal, l´Aveyron, le Tarn-et-Garonne et le Lot-et-Garonne par l´intermédiaire de revendeurs locaux. M. Chirac a été attentif au projet de délocalisation envisagée par les chefs d´entreprise sur la nouvelle zone d´activités de Murat afin de se développer et se moderniser. Un autre exemple est venu conforter cette orientation avec l´énergie bois qui équipera prochainement plusieurs bâtiments publics de Murat. En mettant dans les mains du chef de l´Etat une poignée de ce combustible, Annick Garsault, de l´association Bois-Energie 15, a lâché: "«a, c´est le pétrole du Cantal et il n´est pas à 50 dollars le baril !".

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union du Cantal se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui