L'Union du Cantal 10 avril 2019 à 16h00 | Par Frédéric Pigot/APAP

JA : À vos marques, prêt, twittez !

Campagne institutionnelle ou réseaux sociaux, l’agriculture mise sur la communication positive. Ce thème était à l’ordre du jour du 61e congrès départemental des Jeunes agriculteurs.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Apap

La viande, ce n’est plus automatique. Le rapport à sa consommation a changé. 88 % des Français l’aiment, mais 32 % déclarent vouloir en manger moins pour des raisons de santé, d’environnement ou de cause animale. Chaque ménage en achète un peu moins, mais la viande se consomme un peu plus, autrement, hors foyer et/ou dans les plats cuisinés. Nouvelle époque, nouveaux enjeux, nouvelle communication. Vendredi 5 avril, à l’occasion de l’assemblée générale des JA du Cantal qui s’est tenue à Ydes, Carole Cheneau, chargée de mission à Interbev, a présenté la nouvelle campagne de communication de l’interprofession viande bovine signée “Naturellement flexitarien”. Elle cherche à déculpabiliser le consommateur, faire qu’il se ré-autorise la viande, qu’il l’aime pour d’autres valeurs. Sur ces messages, la viande partage la vedette avec les légumes.

Investir les réseaux sociaux


En rappelant que les nouveaux consommateurs (18-35 ans) sont très présents sur les réseaux sociaux, Carole Cheneau a invité tous les agriculteurs à engager une conversation simple et décontractée avec eux via, notamment, ces réseaux sociaux. Étienne Fourmont, JA, twitto et youtubeur de la Sarthe, en est l’exemple. À Ydes, il était l’invité du congrès départemental des JA du Cantal pour présenter l’action qu’il mène sur le Net. Depuis 2015, il poste régulièrement de courts messages, des photos ou des vidéos. “Les gens adorent qu’on parle de chez nous, de choses simples.”
À sa façon, avec patience et petits moyens, il communique positivement sur l’agriculture en luttant, à l’occasion, contre l’agribashing et la désinformation qui sévissent sur la toile. Ses messages sont parfois repris par les médias ou les politiques. D’expérience, il conseille de parler très simplement du métier en évitant les termes techniques, de rester poli et courtois sans jamais s’énerver.
En donnant l’exemple d’une chirurgienne ou d’un célèbre présentateur de télévision, il assure que dans toutes les couches de la société il y a des ignorants, alors il faut  expliquer.  “Communiquez avec passion, plaisir et envie. Le message passera mieux”, préconise-t-il.

Une partie du métier


Un effort qui doit être partagé par le plus grand nombre.“L’agriculture est décriée, mais l’agriculteur est aimé”, a constaté Bruno Dufayet, président de la Fédération nationale bovine, en précisant que ce travail de communication doit désormais faire partie du métier.
Au même titre que ceux d’Allanche, les JA de Champs-sur-Tarentaine et Saignes ont inscrit leur intervention dans le cadre de cette communication positive en projetant, pour les premiers, un diaporama sur l’agriculture de leur territoire et une vidéo pour les autres. “Vous avez des super images, des paysages magnifiques, c’est trop facile pour vous. Des montages comme ça, ça marchera”, a constaté Étienne  Fourmont.

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union du Cantal se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui