L'Union du Cantal 23 mai 2012 à 14h47 | Par Propos recueillis par Patricia Olivieri

Immersion polonaise au pays de la salers

Une délégation ministérielle polonaise en visite dans le Cantal pour étudier la gestion hexagonale du dossier sanitaire.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les responsables vétérinaires du ministère polonais à l’Agriculture accueillis au GDS le 18 mai.
Les responsables vétérinaires du ministère polonais à l’Agriculture accueillis au GDS le 18 mai. - © P.Olivieri
Après son homologue corse il y a quelques semaines et avant un groupe d’éleveurs du GDS de la Réunion mi-juin, le Groupement de défense sanitaire du Cantal a accueilli durant le pont de l’Ascension une délégation officielle du ministère de l’Agriculture polonais en amont de sa participation à la 80e session générale de l’OIE (Organisation mondiale de la santé animale) à Paris cette semaine. Deux jours dans le berceau de la salers qui ont permis à la délégation, composée du chef vétérinaire du ministère, de son adjoint et du représentant permanent de Varsovie à Bruxelles, de mieux appréhender le fonctionnement du dispositif sanitaire français. Des échanges jugés particulièrement enrichissants de part et d’autre comme le confirme Janusz Zwiazek, chef vétérinaire.

Dans quel cadre s’inscrit votre venue dans le Cantal ?

J. Z. : “Ce n’est pas la première fois que nous venons en France. Avant même l’adhésion de la Pologne à l’Union européenne, nous avons visité la France pour voir comment fonctionnait cet État sur les questions vétérinaires et sanitaires. Par exemple, en 2002, nous avons séjourné avec un groupe de vétérinaires polonais en Bretagne, ce qui nous a beaucoup appris. Ces visites nous ont permis de bien préparer notre adhésion même si cela n’a pas du tout été facile pour nous d’être conformes aux règles européennes en matière d’organisation de la lutte contre les différentes maladies. La France nous a apporté une grande aide en mettant à disposition des conseillers vétérinaires pendant un voire deux ans pour travailler ensemble sur tous ces problèmes. Aujourd’hui, le but de notre visite est de voir l’évolution opérée depuis huit ans en France pour en tirer des enseignements pour notre propre organisation”.

 

Depuis l’adhésion de la Pologne à l’UE il y a huit ans comment a évolué la situation sanitaire du pays ?

J. Z. : “Nos services sont désormais complètement restructurés et nous sommes quasiment intégralement conformes aux normes communautaires. Concernant la situation sanitaire de nos élevages, la Pologne est indemne de brucellose et tuberculose bovines. Pour la leucose bovine, nous pourrions obtenir le statut indemne fin 2012. Depuis 1972, le pays n’a pas enregistré de cas de fièvre aphteuse, ni de foyer de peste porcine depuis 1994. La dernière épizootie à laquelle nous avons été confrontée est la grippe aviaire en 2007”.

 

Comment s’organise la gestion des questions sani­taires en Pologne ?

J. Z. : “Les services d’inspection vétérinaires (NDLR : d’État) représentent en tout 6 000 personnes sachant qu’un mandat sanitaire est parallèlement confié à quelque 6 300 vétérinaires privés. En pratique, l’État intervient pour indemniser financièrement les élevages touchés par les 16 maladies réglementées inscrites sur la liste de l’OIE en prenant en charge 100 % des frais engagés. Nous apportons également un soutien - mais pas à la même hauteur - pour d’autres maladies qui font l’objet d’actions de dépistage comme la leucose bovine, la maladie d’Aujesky en porcs, la salmonellose sur les volailles. Nous réalisons, en outre, toute sorte de monitorings pour la fièvre Q, ainsi que sur l’IBR que nos services aimeraient pouvoir éradiquer”.

 

 

 

 

Plus d'infos à lire cette semaine dans L'Union du Cantal.

Droits de reproduction et de diffusion réservés.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union du Cantal se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui