L'Union du Cantal 10 janvier 2007 à 00h00 | Par L'Union du Cantal

IBR : la prophylaxie est désormais obligatoire

À partir de 2007, toutes les exploitations bovines doivent être contrôlées annuellement vis-à-vis de l’IBR.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Tous les bovins devront faire l’objet d’un dépistage annuel.
Tous les bovins devront faire l’objet d’un dépistage annuel. - © T. Hétreau/Réussir
L’arrêté ministériel du 27 novembre 2006 paru au journal officiel le 19 décembre dernier fixe les mesures de prophylaxie collective de la rhinotrachéite infectieuse bovine. Ce texte fait référence au dépistage annuel (prophylaxie), au contrôle à l’introduction et à la vaccination des bovins (à ce jour, la note de service du ministère de l’Agriculture précisant les modalités techniques d’application de cet arrêté n’est pas encore parue).
Les mesures relatives à la prophylaxie
Toute exploitation bovine doit être contrôlée annuellement vis-à-vis de l’IBR. Pour les élevages allaitants ou mixtes, tous les animaux de plus de 24 mois doivent faire l’objet d’une analyse sérologique sur mélange de sérums (avec reprise individuelle des mélanges non négatifs). Les élevages laitiers devront faire l’objet d’une analyse sur lait de grand mélange (prélèvement au tank) obligatoirement complétée par des analyses sur sérums en cas de résultats non négatifs sur le lait. Toutefois, par dérogation, ces contrôles annuels ne sont pas obligatoires pour les bovins dont la vaccination est certifiée par un vétérinaire ainsi que pour les animaux appartenant à un troupeau d’engraissement dérogataire (cartes jaunes) entretenus dans un bâtiment fermé.

Les mesures concernant l’introduction de bovins dans un élevage
Tout bovin introduit dans un élevage (achat, prêt, pension), et ceci quel que soit son âge, doit être isolé et soumis à une recherche de l’IBR par sérologie individuelle dans les 15 jours précédant (au nom de l’acheteur) ou dans les 10 jours suivant sa livraison. De même que pour la prophylaxie, par dérogation, le contrôle à l’introduction n’est pas obligatoire pour les animaux dont la vaccination est certifiée par un vétérinaire ainsi que pour les bovins appartenant à un troupeau d’engraissement dérogataire entretenus dans un bâtiment fermé. Les bovins titulaires d’une appellation “indemne d’IBR” (ou “contrôlé en IBR” suivant les conditions fixées par la future note de service du ministère de l’Agriculture) peuvent également être dispensés du contrôle à l’introduction sur demande de l’éleveur acquéreur (au GDS) et à condition que le transport soit direct entre les deux élevages. Remarque : Les élevages sous appellation (A ou B) ou candidats à une certification restent soumis au cahier des charges national de l’Acersa ; pour ces cheptels, l’arrêté ministériel du 27 novembre 2006 ne change rien.
Les mesures relatives à la vaccination
haque bovin ayant obtenu un résultat non négatif (positif ou douteux) dans le cadre de la prophylaxie ou d’un contrôle à l’introduction doit faire l’objet d’une primo-vaccination réalisée par le vétérinaire sanitaire dans les deux mois suivant la notification du résultat. Cette vaccination doit être effectuée et entretenue (par le vétérinaire sanitaire) en respectant les modalités de l’autorisation de mise sur le marché du vaccin utilisé. Seuls les bovins abattus dans les deux mois suivant la notification d’un résultat non négatif peuvent être dispensés de la vaccination. Pour tous renseignements complémentaires, contacter le service sanitaire du GDS au 04 71 63 33 00.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union du Cantal se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui