L'Union du Cantal 26 septembre 2007 à 00h00 | Par P.Piganiol

Hausse “historique” du prix du litre de lait à la production

L’interprofession nationale a entériné mardi 18 septembre une recommandation de hausse de prix du lait à la production de 58 centimes d’euros/1000 litres au quatrième trimestre.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Au quatrième trimestre, le prix du lait à la production devrait augmenter de 40 centimes de francs au litre par rapport au quatrième trimestre 2006.
Au quatrième trimestre, le prix du lait à la production devrait augmenter de 40 centimes de francs au litre par rapport au quatrième trimestre 2006. - © P.P.
Du jamais vu ! 58 euros pour 1 000 litres de lait en plus sur les bulletins de paye des producteurs au quatrième trimestre 2007 (par rapport aux prix payés au même trimestre de 2006). C’est la recommandation nationale d’augmentation du prix du lait qui a été validée le 18 septembre lors d’une réunion de l’interprofession laitière (Cniel). Cette hausse résulte de l’examen des résultats des indicateurs économiques de la filière française et européenne, sur la base de l’accord conclu en janvier 2006. Le contexte des marchés fait que l’on attend une progression encore plus significative, probablement supérieure à 80 euros/1000 litres selon les observateurs, pour le premier trimestre 2008.

“Il était temps qu’on renoue avec la hausse”

Chantal Cor, présidente de la section laitière de la FDSEA du Cantal, parle d’une “hausse historique”, mais “légitime et indispensable”. “Il était temps qu’on renoue avec des hausses de prix significatives, après avoir subi des baisses successives depuis la réforme de la politique laitière européenne engagée en 2003”, explique-t-elle. “Car la production laitière est astreignante, et nos charges ont fortement progressé ces derniers mois, du fait notamment de l’envolée des cours des céréales... On avait besoin de cette revalorisation pour redonner confiance aux producteurs de lait et continuer à attirer des jeunes vers ce métier”. La présidente de la section laitière voit dans cette évolution le signe que l’accord conclu en janvier 2006 était pertinent. “On a beaucoup été critiqués à l’époque. La preuve est faite maintenant que, s’il peut fonctionner à la baisse, cet accord permet aussi de répercuter des hausses quand le marché est tendu”, remarque-t-elle. En rappelant que cette nouvelle hausse fait suite à une progression ininterrompue du prix du lait sur les trois précédents trimestres de 2007. 

Besoin de régulation

À ces évolutions de prix, elle ajoute d’autres signes positifs pour les producteurs de lait : en particulier le déplafonnement des allocations de fin de campagne à 15 %. “Pour autant, à la FNPL (Fédération nationale des producteurs de lait de la FNSEA), on considère que ces variations importantes des cours des matières premières agricoles doivent faire prendre conscience aux pouvoirs publics européens que nous avons besoin d’instruments de régulation des marchés, et tout particulièrement dans le secteur laitier”. 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union du Cantal se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui