L'Union du Cantal 25 mai 2011 à 10h54 | Par R. Saint-André

GIE - Les doses d’Anjou, disponibles pour tous

Le groupement d’éleveurs vient d’acquérir un nouveau reproducteur.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Pour Anjou, les règles ont un peu changé. Habituellement, lorsque le GIE génération salers acquiert un nouveau taureau, les doses pour l’insémination animale (IA) sont réservées aux adhérents la première année et peuvent être achetées par tous les éleveurs non-adhérents, un an plus tard. Cette fois, dès la première saison, les semences seront ouvertes au plus grand nombre, dès cet automne. Anjou (7 ans) est un taureau exceptionnel, né au Gaec Missiel de Valuéjols. C’est d’ailleurs sur cette exploitation que le GIE, présidé par Philippe Manhès, a choisi de tenir son assemblée générale. Les adhérents ont pu voir sur place la descendance d’Anjou, depuis les femelles de 4 ans, jusqu’aux veaux de l’année. Pas moins de 105 produits connectés (avant les derniers vêlages)... C’est dire la fiabilité des performances de ce reproducteur.

Les adhérents du GIE génération salers se sont déplacés en nombre pour voir la descendance d’Anjou, au Gaec Missiel de Valuéjols.
Les adhérents du GIE génération salers se sont déplacés en nombre pour voir la descendance d’Anjou, au Gaec Missiel de Valuéjols. - © RSA

Du jamais vu !

 

“C’est le sixième taureau acheté par le groupement ; il complète et diversifie notre offre”, souligne le président Manhès. Très enthousiaste, il est convaincu d’avoir là “du jamais vu dans la race”... C’est vrai que le palmarès d’Anjou a de quoi impressionner. Ce taureau parmi les plus indexés de la race a décroché des titres de champion en 2006, 2009 et 2010. Premier prix sur 15 bourrets au concours National salers et prix du super-bourret ; prix de championnat mâle au Sommet de l’élevage 2009 ; au National salers de Mauriac en 2010, rappel de championnat mâle, prix du meilleur raceur, prix du top index mâle et ses quatre filles ont obtenu le premier prix en groupe de doublonnes. “Il transmet à sa descendance ses bons caractères et améliore sans exception tous les postes de conformation, jusqu’au sevrage”, tranche Philippe Manhès. Sur place, les membres du GIE génération salers ont souligné la conformation exemplaire des mamelles et des trayons de ses premières filles en lactation. Une aubaine : il s’agit de nouvelles souches qui n’étaient pas encore disponibles à l’IA, écartant les risques de consanguinité. Anjou restera sur les pâtures de la ferme de Denis et Bernard Missiel à 1 200 mètres d’altitude. Une exploitation de 240 ha qui se concentre sur la race pure et produit de nombreux animaux d’élevage, reproducteurs mâles et femelles sur les 170 vêlages réalisés en moyenne chaque année. Une référence dans le monde de la salers.

 

 

 

 

 

 

Plus d'infos à lire cette semaine dans L'Union du Cantal.

Droits de reproduction et de diffusion réservés.

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union du Cantal se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui