L'Union du Cantal 09 février 2005 à 00h00 | Par Renaud Saint-André

Gaec : trouver un associé après un départ en retraite

Les Jeunes agriculteurs ont présenté une solution pour préserver les avantages liés à la forme sociétaire Gaec, malgré un départ en retraite : associer un tiers.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le thème n´est pas nouveau. Ce qui l´est, c´est l´intérêt du public pour ce sujet. En 1998, certaines réunions traitant du Gaec entre tiers étaient annulées... faute de participants. Récemment, au Rouget, la salle était trop petite pour accueillir à la fois les membres de Gaec dont un associé partira en retraite dans les cinq ans à venir, et les jeunes prêts à s´installer dans une société existante hors cadre familial. A la demande des Jeunes agriculteurs du Cantal, des intervenants de l´Adasea, de la MSA et du Centre de gestion sont venus présenter les atouts du maintien de cette forme sociétaire après le départ en retraite d´un associé.

30 000 euros de perte

Le cas présenté est très classique : un père, installé avec sa fille et son gendre, va faire valoir ses droits à la retraite. Si le couple qui reste choisit l´EARL entre époux, cela entraîne : une augmentation des annuités de chacun en raison du rachat des parts du cédant ; une perte de 20 000 euros d´aides ; le passage au régime fiscal du "réel" accompagné d´une hausse de l´impôt ; la perte de l´allocation logement et de rentrée scolaire (les allocations familiales ne sont pas soumises à condition de ressources). "Une perte sèche annuelle d´environ 31 000 euros", résume Elodie Thomas, responsable des JA. Elle insiste en outre sur le passage de 3 à 2 UTH (unités de travail humain). Accueillir un nouvel associé permet de conserver trois UTH, donc une certaine qualité de vie, mais sans changements économiques significatifs. D´ailleurs, le régime fiscal reste forfaitaire.

Le moyen aussi d´installer un jeune

"C´est aussi l´occasion d´installer un jeune", insistent les JA du Cantal en défendant cette hypothèse. Bien sûr, la décision ne se prend pas à la légère et la réflexion doit avoir le temps de mûrir chez chaque membre du Gaec. D´où l´intérêt d´y réfléchir assez en amont, avant un départ effectif. Il faut notamment admettre que le nouveau venu ne se contentera pas d´apporter de la main d´oeuvre sans compter ses heures : en rachetant des parts, il intègre une société dans laquelle sa voix sera entendue. "Il prend part aux décisions", résume Elodie Thomas. L´Adasea conseille à celles et ceux qui opteraient pour cette solution de "fixer des règles du jeu" ; la répartition des tâches, par exemple... Il convient aussi de se mettre d´accord sur la rémunération qui -forcément- augmentera par rapport à l´associé qui part : le plus souvent, la rémunération du cédant suffit à peine à payer les annuités du nouvel associé. Quant au foncier, le cédant -s´il est propriétaire- peut envisager un bail avec le nouvel associé ou une vente. Mais s´il est fermier, rien n´oblige son propriétaire à louer au nouvel associé (même si c´est son fils)...

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union du Cantal se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui