L'Union du Cantal 19 septembre 2012 à 17h49 | Par Renaud Saint-André

Fleur Pellerin compte sur les territoires ruraux pour booster la fibre optique

Visite jeudi à Aurillac de la ministre déléguée chargée des PME, de l’Innovation et de l’Économie numérique, auprès du ministère du redressement productif.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Anticiper. Le message délivré jeudi par Fleur Pellerin, ministre déléguée chargée des PME, de l’Innovation et de l’Économie numérique, lors de la septième édition de Ruralitic(1), est clair. Il s’inspire d’une promesse portée par le président Hollande de couvrir l’ensemble du territoire français en accès Internet à “très haut débit par fibre optique” (FTTH) d’ici dix ans. Et suit en cela une recommandation d’Yves Rome, le sénateur de l’Oise et président de l’Association des villes et collectivités pour les communications électroniques, qui souligne qu’il ne faut pas “opposer réseaux et usages”, estimant qu’il ne faut pas attendre d’enregistrer suffisamment de demandes pour lancer des travaux qui prendront une décennie. Car les besoins naîtront inéluctablement dans les mois ou les années à venir.

Le rural d’abord

La réponse de Fleur Pellerin est à même de satisfaire les collectivités rurales : elle propose en effet d’accentuer les efforts dans les territoires ruraux parfois privés du (déjà ancien) “haut débit”, là où, a priori, la demande sera la plus forte. La ministre constate en effet - et à regret - que les urbains ont tendance à bouder l’accès FTTH par fibre optique. “Alors que le réseau permet déjà la connexion de 6 millions de foyers en ville, seulement 250 000 ont franchi le pas, retardant le cercle vertueux qui fera baisser le coût de l’équipement.” Cette priorité donnée aux territoires ruraux traduirait en outre cette volonté affichée par la ministre de déploiement d’une nouvelle technologie “dans une justice territoriale”. Dans ce vaste chantier qui s’ouvre et contrairement aux dernières couvertures en téléphonie mobile ou aux zones blanches de l’Internet, les opérateurs et les collectivités ne seraient plus seuls à négocier ; “l’État doit revenir dans le jeu”, estime Fleur Pellerin. C’est pourquoi elle propose un pilotage national, garant d’une forme d’équité entre territoires urbains ou ruraux. Une idée sur laquelle rebondit le président de l’Assemblée des départements de France, Claudy Lebreton, qui espère ainsi éviter la “métropolisation du territoire”. Ce qu’Anne-Marie Keiser, présidente de Gironde-numérique, appelle - parodiant Roosevelt - un “New Deal”.

La ministre a visité des entreprises cantaliennes en attente du déploiement du très haut débit, ici guidée par Marcel Matière.
La ministre a visité des entreprises cantaliennes en attente du déploiement du très haut débit, ici guidée par Marcel Matière. - © RSA

Être prêt

Pour être prêt à un déploiement massif, la ministre met aussi l’accent sur la formation. Cette nouvelle technologie nécessitera en effet l’embauche de 15 000 personnes qualifiées. D’autant qu’à terme, la fibre remplacera l’ensemble du réseau cuivre aujourd’hui utilisé. Un “basculement” que Fleur Pellerin compare à celui de la télévision hertzienne à l’ère de la TNT. Là encore, il est question d’anticiper, mais cette fois sur le marché de l’emploi. À noter que le Cantal fait bonne figure avec une formation spécifique envisagée par la CCI.

 

(1) Universités d’été des territoires ruraux organisés au Centre des congrès d’Aurillac et regroupant les collectivités issues de toute la France.

 

 

 

 

 

Plus d'infos à lire cette semaine dans L'Union du Cantal.

Droits de reproduction et de diffusion réservés.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union du Cantal se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui