L'Union du Cantal 02 juillet 2003 à 00h00 | Par Renaud Saint-André

FDSEA/JA/Chambre d´agriculture - La PMTVA au secours de la Pac

"Une mauvaise réforme". C´est en ces termes que la FDSEA et les JA qualifient les orientations de la Politique agricole commune (Pac), en relevant qu´il reste au ministre une petite marge de manoeuvre. Ils réclament le recouplage de la prime à la vache allaitante et une politique de montagne forte.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Initialement, c´est la sécheresse qui a mobilisé les syndicats FDSEA et JA qui tenaient un conseil commun à ce sujet, lundi à Laveissière. En préambule à cette réunion, leurs responsables ont exposé leurs craintes relatives à la réforme de la Politique agricole commune (Pac). Ce texte prévoit le versement d´une aide unique, déconnectée de la production, établie sur une base historique. "Une mauvaise réforme", selon le président de la FDSEA, Patrick Escure. "Elle prolonge la politique de baisse initiée en 1992 ; elle est contraire aux objectifs de la réforme initiale d´encouragement des productions de qualité ; elle est exigeante quant aux normes réglementaires tant pour les bâtiments que les équipements ; elle ne favorise ni l´agriculteur, ni le consommateur, ni le contribuable. Cette réforme s´inspire du modèle libéral de type anglo-saxon", poursuit Patrick Escure. "J´en veux pour preuve qu´elle est fort bien accueillie par l´Organisation mondiale du commerce et le Fonds monétaire international, Américains en tête". Trahis"C´est une trahison", estime le président des JA, Antoine Croutes. "Le ministre Gaymard a lâché précisément sur les deux points forts qu´il devait défendre. A savoir le découplage des aides et la baisse du prix du lait". Aussi, propose-t-il de demander fermement au ministre (à Aurillac le 7 juillet) de considérer les zones de montagne avec plus d´à-propos sur le deuxième pilier de la réforme, le développement rural. "Cela suppose une politique de montagne forte, avec des aides au développement significatives, notamment pour la remise à niveau de nos bâtiments et équipements".Recouplage à la carte"Il reste le recouplage à la carte", souligne Patrick Bénézit, président de la section bovine. "Nous souhaitons que rapidement la PMTVA soit recouplée, comme le texte l´autorise. Il en va désormais de l´unique responsabilité de la France". Il ajoute que les collectivités territoriales doivent fournir un effort supplémentaire pour la modernisation des structures, de l´Europe au Conseil général, en passant par l´Etat et la Région. D´une part parce que le Cantal a pris dans ce domaine un retard considérable ; d´autre part parce que les coûts sont très élevés ; enfin parce si les nouvelles normes ne sont pas respectées, des sanctions tomberont.La visite du ministre Gaymard, la semaine prochaine, donnera l´occasion à la profession agricole d´exprimer ces revendications. Pour plus d´informations, consultez L´Union agricole et rurale du 2 juillet 2003.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union du Cantal se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui