L'Union du Cantal 04 juin 2008 à 00h00 | Par Patricia Olivieri

FCO : Une embellie commerciale malgré tout temporaire...

La dérogation accordée par l’Italie a permis l’export des premiers broutards, mais la situation est bien loin d’être rétablie pour les éleveurs comme les négociants.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

La réouverture des frontières italiennes aux premiers broutards vaccinés aurait dû apporter une bouffée d’oxygène aux marchands de bestiaux positionnés à l’export qui ont subi près de trois mois d’inactivité forcée. Mais visiblement, à l’intonation de Jean-Luc Lacombe, tout n’est pas si simple, le marché risquant fort d’être déstabilisé pendant quelque temps. “Nous avons commencé les premiers chargements le 20 mai mais avec seulement 580 broutards pour une semaine, contre 1 500 la dernière semaine d’activité en février”, déplore le directeur de la SAS Parma Lacombe. Pourtant, comme il fallait s’y attendre, la demande est bien présente côté transalpin, avec des “prix qui grimpent” pour des animaux âgés désormais de 11 à 17 mois, soit deux de plus que ceux exportés en temps normal.

Les premiers broutards vaccinés avant le 30 avril sont partis vers le 20 mai pour l’Italie.
Les premiers broutards vaccinés avant le 30 avril sont partis vers le 20 mai pour l’Italie. - © P. O.
"Encore deux à trois semaines creuses" D’autant que les indemnisations prévues par les pouvoirs publics sur 2007 n’ont toujours pas été formalisées. “Le ministère s’est mis le doigt dans l’oeil en pensant que la dérogation avec l’Italie permettrait de relancer rapidement le commerce. Dans les faits, les rumeurs ont fait que tout le monde ne s’est pas rué sur le vaccin et que nous allons encore au devant de deux à trois semaines creuses”, constate, amer, le négociant. Comme le revendiquent les éleveurs, il espère, qui sait, que les autorités italiennes reviennent à de meilleurs dispositions ou que la France accélère la livraison des doses vaccinales pour débloquer au plus vite les broutards. Une requête entendue, semble-t-il, par le ministère de l'Agriculture, qui annonçait quelques jours plus tard une augmentation du nombre de doses, devant permettre de vacciner tous les broutard(e)s dès leurs cinq mois.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union du Cantal se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui