L'Union du Cantal 24 octobre 2007 à 00h00 | Par Renaud Saint-André

Face à un ministre attentif, les JA décrochent quelques avancées

Aides à l’installation, plan bâtiment... Les Jeunes agriculteurs inquiets de promesses qui ne seraient pas tenues, se sont directement adressés à leur ministre, vendredi.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Il a surpris tout le monde : dans un élan sportif, le ministre de l’Agriculture n’a pas mis longtemps à enjamber la barrière censée le séparer des jeunes agriculteurs venus à sa rencontre. Dès son arrivée en territoire cantalien, à l'aérodrome d’Aurillac-Tronquières, une délégation des JA du Massif central tenait à interpeller Michel Barnier sur des promesses gouvernementales qui ne seraient pas tenues. Michel Queille, président des Jeunes agriculteurs de la région Massif central, estime que l’année à venir démarre mal, sur des bases qui ne sont pas sereines. Il rappelle en effet que la loi de finance prévoit une baisse de 1,5 % pour l’agriculture, “dont 10 millions de moins pour l’installation”... Il sait aussi que le budget 2007 a du mal à être bouclé : “Grignoter par avance l’enveloppe 2008 n’est pas une solution”.  Et il poursuit : “Nous avons averti depuis longtemps qu’il allait manquer de l’argent, à une époque où l’on nous disait : ayez des projets, on se débrouillera pour les financer. Nous y voilà, nous l’avons fait”, lance Michel Queille au ministre. Sa crainte concerne notamment la modernisation des bâtiments, dont les modalités d’aides qui changent, pourraient aussi s’appliquer à des dossiers déjà agréés.

Pas de “rétroactivité pénalisante”

La revendication des JA est si légitime que le ministre ne perd pas de temps. Michel Barnier promet sur le champ “qu’il n’y aura pas de rétroactivité pénalisante”. Suite à une demande de Gilles Amat, le ministre s’engage à en informer rapidement les Draf (Directions régionales de l’agriculture et de la forêt). Toujours à propos de la modernisation des exploitations, un jeune témoigne : “On m’a promis 50 000 euros d’aides que je n’ai pas perçus. Je n’ai pas les moyens d’engager les travaux de mise aux normes”. S’appuyant sur ce cas de figure, Brigitte Troucellier réclame que les contrôles soient assouplis. “C’est un point tout à fait juste”, répond M. Barnier convaincu. “Il y aura corrélation entre le versement des aides et les contrôles”, promet-il. Quant à l’installation, dont les représentants du syndicat rappellent qu’ils en ont fait une priorité, elle doit elle aussi, selon eux, être bien plus soutenue que ce qui est prévu. Julien Fau, président des JA du Cantal, remarque que la seule enveloppe dédiée à l’installation accuse une baisse de - 5 %.  “Il faut réagir vite ; c’est un choix de société à faire rapidement”, estime la délégation. Michel Barnier assure partager cette notion de priorité, mais rappelle qu’il doit composer avec les moyens dont il dispose (et il ne cache pas “avoir trouvé une situation très difficile”) et qu’il doit raisonner en terme de durabilité. Gilles Amat et Michel Queille lui font remarquer que le plafond des aides à l’installation, porté à 55 000 euros (avec un sous-plafond de 40 000 euros pour la partie dotation et un sous-plafond identique pour la partie prêt) s’avère bien trop bas. “30 % des jeunes installés doivent faire un choix entre DJA ou prêt bonifié”, argumentent-ils. Les JA du Massif central ajoutent que ce plafond est particulièrement pénalisant pour les installations hors cadre familial et les zones de montagne. Et même si le ministre de l’Agriculture admet qu’il faut faire évoluer le dispositif, il reste assez évasif à ce sujet, s’abritant derrière un règlement européen.  

Le ministre Barnier s’est félicité d’une discussion franche engagée avec les Jeunes agriculteurs du Massif central.
Le ministre Barnier s’est félicité d’une discussion franche engagée avec les Jeunes agriculteurs du Massif central. - © R. S.-A.

Environnement et concurrence

Toutefois, au cours de cette rencontre dont il se félicite de la franchise des échanges, Michel Barnier a tenu à rappeler quelques chiffres. “Pour les prêts bonifiés, le mécanisme soutenu par votre syndicat consiste à ne pas subir les augmentations de taux, qui précisément augmentent. Il faut donc au gouvernement payer plus. J’ai donc demandé une enveloppe de 12 millions d’euros supplémentaires en septembre et je redemanderai 10 millions prochainement”, indique le ministre. “à propos des bâtiments d’élevage, je n’ignore pas que 9 000 dossiers sont en attente, dont 1 000 en Auvergne. Aux 23 millions de fonds d’état que j’ai obtenus, s’ajouteront 23 autres millions de fonds européens”, poursuit-il. Interrogé ensuite sur le Grenelle de l’environnement, Michel Barnier a estimé qu’on ne peut pas s’enorgueillir de produire pour nourrir la France et se moquer éperdument du volet environnemental. “Mais que ceux qui nous imposent des normes, n’achètent pas de produits extérieurs qui ne répondent pas aux mêmes critères d’exigence”, réclame alors Julien Fau. Le ministre de l’Agriculture en convient et renvoit au discours du président Sarkozy prononcé à Rennes et qui tend justement à limiter autant que faire se peut ces distorsions de concurrence, dont chacun dit avoir conscience.  

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union du Cantal se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui