L'Union du Cantal 01 juin 2011 à 14h48 | Par P. Olivieri

Énilv : une référence pour les producteurs fermiers de France et Navarre

On vient de l’autre bout de la France et même de l’étranger pour apprendre à l’Énilv d’Aurillac à transformer et valoriser lait, vaches, agneaux et cochons.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Ils viennent de loin, de plus en plus loin d’ailleurs et de très très loin même pour certains, se former à Aurillac : des Savoie, de la Somme, du pays basque ou encore du Gard, mais aussi plus épisodiquement du Portugal, des Pays-Bas ou du Québec. Non pas pour acquérir le tour de main du “french croissant” à l’École française de boulangerie mais pour développer leur savoir-faire dans la confection de saucissons secs et autres terrines fermières. L’an dernier, l’atelier technologique viande multiespèces de l’Énilv d’Aurillac (École nationale des industries du lait et de la viande) a ainsi assuré la formation continue (sur site ou à l’extérieur) de près de 700 producteurs fermiers issus de 44 départements ainsi que de salariés de plusieurs PME locales. Une mission de l’école - créée il y a plus d’un siècle à l’origine pour former des fromagers - qui a véritablement explosé depuis quatre ans.

 

Sept cents stagiaires formés l’an dernier à la découpe et transformation.
Sept cents stagiaires formés l’an dernier à la découpe et transformation. - © P.O.

Un savoir-faire qui essaime

 

Cette montée en puissance non démentie de l’outil aurillacois, Yves Arnaud, son responsable, l’explique par la taille de l’équipement (600 m2) mais aussi, et peut-être surtout, par une formule d’accompagnement originale proposée : le plus souvent, les producteurs fermiers formés à cet atelier-relais viennent aussi y chercher une aide au développement dans un cadre individuel ou collectif. Qu’il s’agisse du manuel pour bien penser et concevoir leur propre structure de transformation ou de conseils pour trouver des débouchés. Dans ce cadre, les deux formateurs de l’Énilv ont œuvré à la mise en place de 200 ateliers en France. Ce succès, alimenté par le bouche à oreille, en ferait presque oublier la vocation première de l’Énilv : celle d’un support pédagogique pour les élèves du lycée agricole, les stagiaires adultes du CFPPA et apprentis du CFA en filière agroalimentaire (180 séances de travaux pratiques l’an dernier). De cette mixité de publics naissent des échanges enrichissants et parfois des projets communs. En 2010, ce sont 135 tonnes de carcasses qui ont été débitées et transformées ici, dont une partie commercialisée pour contribuer à l’autonomie financière de l’atelier. Le cycle 2011 s’annonce tout aussi dense : “Aujourd’hui, on sait six à sept mois à l’avance ce qui va se faire à l’atelier”, indique Y. Arnaud non sans reconnaître que la gestion de ce planning s’avère parfois ardue. Qu’importe, l’outil aurillacois fait aujourd’hui figure de référence au-delà même des frontières de France et de Navarre.

 

 

 

 

 

 

Plus d'infos à lire cette semaine dans L'Union du Cantal.

Droits de reproduction et de diffusion réservés.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union du Cantal se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,