L'Union du Cantal 16 avril 2008 à 00h00 | Par Jean-Marc Authié

En souvenir des vétérans d'Algérie… et de l'ancien Président

Alain Marleix, en visite dans le Cantal a rendu hommage aux anciens combattants de Marcolès, ainsi qu'à Georges Pompidou, en présence de sa famille, à Saint-Julien-de-Toursac.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Alain Denis, président du comité local Fnaca, pouvait être fier. Samedi, à l’occasion de la venue d’Alain Marleix, secrétaire d’État à la Défense et aux collectivités locales, 25 de ses compagnons de combat en Algérie et en Afrique du Nord ont été décorés de la Croix du combattant. Encore ministre des Anciens combattants le 19 mars dernier, Alain Marleix a certes changé de casquette depuis, mais il avait promis de venir depuis bien longtemps à Marcolès. Très touché, Alain Denis a fait remarquer que “ces Croix du combattant célèbrent tous les enfants de Marcolès tombés au champ d’honneur. Entre 1954 et 1962, ce fut une soixantaine de départs pour la terre africaine, pour une pacification tourmentée qui s’est vite transformée en guerre”.
25 anciens d’Algérie et d’Afrique du Nord ont reçu la Croix du combattant, en présence du ministre, du préfet, du député et de nombreux élus.
25 anciens d’Algérie et d’Afrique du Nord ont reçu la Croix du combattant, en présence du ministre, du préfet, du député et de nombreux élus. - © J.-M. A.

Devoir de mémoire

Et le traumatisme vécu par les jeunes appelés d’alors était toujours perceptible plus de 50 ans après. Dans son discours, Pierre Dubois, président de la Fnaca Cantal, a rappelé que “cette décoration était enfin une reconnaissance qui fait chaud au cœur pour une guerre qui n’a été reconnue comme telle qu’en 1998”. En présence de nombreux élus et de vétérans, Alain Marleix a avoué s’être “attaché aux anciens combattants même si le mandat ne fut que de dix mois...” et fait de son mieux “pour écouter, comprendre et répondre aux revendications. Des avancées ont été faites. On s’est donné du mal, mais on y est parvenu”. 

Entre recueillement et projets

De passage à Saint-Julien-de-Toursac pour se recueillir sur la tombe de la famille Pompidou, Alain Marleix avait retrouvé sa casquette de secrétaire d’État aux Collectivités locales. Claude Magnol, maire de la commune, n’a pas manqué de solliciter le ministre, et tous les élus présents d’ailleurs, pour soutenir la commune dans ses projets. Car le berceau paternel du Président Georges Pompidou peut s’enorgueillir d’avoir fait progresser sa population de plus de 40 % entre 1999 et 2008. Depuis 2000, de nombreux travaux ont été réalisés pour améliorer la vie des 142 habitants (résidence, salle polyvalente, rénovation de la mairie...) et des projets sont à venir (parking du cimetière, lotissement, assainissement...). Le château de Naucaze est également en pleine rénovation. Un projet lourd porté par la communauté de communes du pays de Maurs dans lequel plus de 300 000 euros ont déjà été investis. La deuxième tranche de travaux vient de débuter (consolidation, mise en sécurité des murs). D’autres sont programmés par la suite pour ce site somptueux. 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union du Cantal se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui