L'Union du Cantal 11 mars 2003 à 00h00 | Par Renaud Saint-André

Elevage caprin - Le syndicat redémarre

Les éleveurs caprins cantaliens ne sont certes pas très nombreux. Ils ne veulent cependant pas être les oubliés des mesures d´aides départementales, entendent se former régulièrement et être présents lors des manifestations agricoles. Autant de raisons qui font que le syndicat caprin reprend du poil de la bête.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
C´est vrai que le syndicat des éleveurs caprins du Cantal existe de longue date. Mais force est de constater que depuis deux ans, celui-ci était en sommeil. Jamais dissout, il ne lui restait qu´à trouver un groupe volontaire pour que la représentativité des élevages de chèvres du Cantal continue d´être assurée. Fin février, Chantal Vigier a été élue à la tête de ce syndicat dont le bureau a été entièrement recomposé. "Il faut impérativement sortir de notre image négative : non, nous ne sommes pas des soixante-huitards attardés", s´empresse de préciser Mme Vigier. "Mais comme nous sommes peu nombreux par rapport à d´autres départements voisins, et très dispersés sur le territoire cantalien ; il n´était pas facile de se retrouver, de se concerter", explique-t-elle. "Mais la motivation est intacte, comme les éleveurs ont pu en témoigner au cours d´une formation organisée par la Chambre d´agriculture à l´automne dernier. C´est là que nous avons décidé de relancer le syndicat départemental".Reconnaître la production caprineTrès vite, les premiers axes de travail ont été décidés. "D´abord, il va falloir montrer qu´on existe", estime la présidente. Selon elle, les concours et manifestations agricoles sont autant de pistes à exploiter. Une meilleure reconnaissance devrait faciliter les démarches pour l´obtention d´aides départementales auxquelles, jusqu´à présent, les éleveurs caprins ne pouvaient prétendre. En outre, le syndicat travaille sur l´élaboration d´une convention avec le Lial pour les autocontrôles, entend organiser des formations sur la gestion du parasitisme et des visites d´élevage, et veut participer activement aux Goudots gourmands… La structure départementale s´inscrit bien sûr au sein de la Fédération régionale caprine et, à ce titre, participera à ses côtés à différents travaux. La principale difficulté pour ses agriculteurs reste de se constituer une clientèle pour autant de produits différents qu´il y a de producteurs. "Nous n´avons pas la chance d´être sur une zone AOC comme le rocamadour", remarque Chantal Vigier. "Mais avoir chacun ses spécificités peut être interprété comme une chance". Pour plus d´informations, consultez L´Union agricole et rurale du 8 mars 2003.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union du Cantal se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui