L'Union du Cantal 25 juillet 2007 à 00h00 | Par F. Pigot

Dix producteurs au marché bio

La cinquième édition du marché bio de Saint-Étienne-de-Chomeil a donné aux visiteurs l’occasion de découvrir une agriculture qui ne manque pas de débouchés.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Une dizaine de producteurs se sont partagés les stands du cinquième marché bio de Saint-Étienne-de-Chomeil.
Une dizaine de producteurs se sont partagés les stands du cinquième marché bio de Saint-Étienne-de-Chomeil. - © F.P.

Le marché bio de Saint-Étienne-de-Chomeil devient un rendez-vous d’initiés. Dimanche 15 juillet en fin de matinée, Vincent Vigier, animateur de l’association Bio15, à l’initiative de cette manifestation, avait le sentiment d’avoir vu moins de visiteurs que les années précédentes... mais beaucoup plus d’acheteurs.

Globalement, selon lui, les magasins bio voient leurs chiffres d’affaires progresser de 20 à 30 % chaque année. Paradoxalement, le nombre de producteurs bio régresse dans le Cantal (une dizaine de moins en un an et demi). Actuellement, on compte 75 producteurs bio, dont une vingtaine travaillent en vente directe. Certains ont profité des aides à la conversion pour finalement se retirer de la démarche. “Ils me disent qu’ils ont envie d’être libres”, précise l'animateur de Bio 15, en rappelant que la production biologique impose de se plier à quelques contraintes, à commencer par deux contrôles annuels.

Pour Vincent Vigier, le Cantal manque de producteurs bio. Il constate un déficit en viande avec, à la clé, une plus-value de 20 à 30 centimes d’euro par kilogramme pour la viande bovine. En porc, il ne dénombre que quatre producteurs bio avec de toutes petites unités. Les filières seraient prêtes à payer 3 euros/kg de viande porcine. Parmi les dix producteurs présents sur le marché, il en venait également de Lozère, de Corrèze et du Puy-de-Dôme, faisant ainsi une entorse aux notions de proximité et de circuit court qui sont prônées par l’agriculture biologique et le développement durable. Certains d’entre eux, installés dans le Cantal, la Haute-Loire et le Puy-de-Dôme, ont d'ailleurs mis en place un système de livraison à domicile. Leur tournée passe par Massiac, Neussargues, Murat et Saint-Flour. Les clients commandent le lundi avant 20 heures et sont livrés le vendredi matin.

Le prochain rendez-vous avec des adhérents de Bio15 se tiendra dans le cadre de la Festa del païs à Saint-Flour, où ils seront cinq à exposer. Enfin, Vincent Vigier tenait à souligner la relance de la foire bio d’Aurillac qui est fixée pour le 9 septembre. Au rang des projets, Bio 15 envisage d’ouvrir un magasin à Saint-Flour là où, justement, les
producteurs se font plus rares.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union du Cantal se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,