L'Union du Cantal 07 août 2013 à 11h22 | Par R.Saint-André

Dialogue entre ministre et forces vives

Bernard Cazeneuve, ministre de Budget, a répondu favorablement à l’invitation du sénateur Mézard.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Bernard Cazeneuve le reconnaît lui-même : “Pas simple d’accueillir le ministre du Budget, dont on soupçonne qu’il arrive les mains vides et pour lequel on craint qu’il ne reparte avec quelque chose.” Finalement, ce sera ni l’un, ni l’autre. Ou plus exactement, le ministre de passage à Aurillac, vendredi 26 juillet est venu avec un discours de politique nationale et est reparti après avoir laissé sa signature au bas du 1 000e contrat “emploi d’avenir” signé en Auvergne (avec le Conseil général) et du 25e contrat de génération (avec la manufacture Piganiol). Son déplacement était en effet placé sous le signe de l’économie du territoire. Après un entretien “privé”, avec Philippe Matière, patron de l’entreprise éponyme, Bernard Cazeneuve a répondu aux questions d’un parterre de chefs d’entreprises de divers secteurs d’activité. Face à Martine Chimbault, présidente du Medef, rappelait-il, les trois piliers sur lesquels la compétitivité doit reposer : la recherche, l’investissement et... les acteurs de l’entreprise, autrement dit, le binôme que forme les salariés et leur direction.

Conférence-débat entre ministre, élus et acteurs économiques, au pôle immobilier d’entreprises.
Conférence-débat entre ministre, élus et acteurs économiques, au pôle immobilier d’entreprises. - © RSA

PME, agriculteurs, artisans...

Naturellement, le secteur du bâtiment et celui de la restauration n’ont pas manqué une si belle occasion pour formuler au ministre du Budget leur vœu de voir proroger une TVA à taux réduit. Si Bernard Cazeneuve convient que ce principe a servi à “booster des secteurs de l’économie qui ne sont pas délocalisables”, il est toutefois resté très prudent. Et s’il a énuméré les autres dispositifs que le gouvernement met en place, il n’a pas consolé Thierry Perbet du syndicat de l’hôtellerie ou Alain Lacroix pour celui des artisans du bâtiment (Capeb). Quant à la FDSEA et les JA du Cantal, ils ont été reçus par un conseiller ministériel. La délégation syndicale a alerté sur la situation de l’élevage. “Nous avons demandé que le gouvernement français utilise toutes les marges de manœuvre obtenues par l’accord européen sur la Pac, pour porter le montant de l’ICHN au plafond autorisé et renforcer les soutiens couplés pour les vaches allaitantes, les ovins, ainsi que pour la production laitière et porcine en zone de montagne.” Afin d’accompagner les besoins des éleveurs en matière de modernisation des bâtiments agricoles, Chantal Cor, au nom de la FDSEA du Cantal, a rappelé au ministre combien les financements du plan bâtiments leur semblaient nettement insuffisants, tandis que la compétitivité de leurs exploitations en dépend. “Nous avons précisé que l’installation demeure une priorité pour la profession agricole cantalienne. À ce titre, nous attendons du gouvernement qu’il préserve les crédits nécessaires à l’installation des jeunes. Enfin, nous avons dit toute la volonté des éleveurs cantaliens et du Massif Central de participer au redressement de l’économie nationale. Pour ce faire, nous avons besoin d’un gouvernement qui accompagne nos projets.”

 

 

Plus d'infos à lire cette semaine dans L'Union du Cantal.

Droits de reproduction et de diffusion réservés.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union du Cantal se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui