L'Union du Cantal 09 juillet 2015 à 08h00 | Par R. Saint-André

Développement et volet humain, priorités de la nouvelle gouvernance de Logisens

L’office public HLM, Logisens, a tenu son assemblée générale annuelle, lundi 29juin à Aurillac.La première pour le nouveau président, Jean-Antoine Moins, qui a présenté ses orientations.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Jean-Antoine Moins reprend le flambeau de Logisens. Le nouveau président a rendu hommage aux équipes qui ont œuvré ces dernières années, permettant de présenter, lundi 29 juin lors de l’assemblée générale de l’office départemental de l’habitat, une activité 2014 très dynamique et des projets nombreux pour 2015. L’occasion aussi de saluer le travail de son prédécesseur, Bernard Delcros : “Si vous vous attendiez à des annonces tonitruantes, vous allez être déçus”, plaisante Jean-Antoine Moins. Certes, pas de révolution malgré un conseil d’administration et un bureau renouvelés, mais des évolutions, c’est sûr. En insistant sur la qualité des prestations à offrir aux locataires, le président de Logisens dit avoir pris la mesure d’une tâche exaltante qu’il scinde en deux volets : d’une part, la construction, l’aménagement et le développement ; et d’autre part, le volet humain qu’il promet de défendre “avec autant de force et d’énergie, afin de conserver un équilibre”. Pour que cette volonté ne reste pas un vœu pieux, il imagine que les premières actions concrètes se traduiront par une réflexion engagée entre les membres du conseil d’administration - à qui il a distribué des “travaux d’été” - et les salariés qui seront appelés à s’exprimer au cours d’ateliers organisés dès la rentrée. Le “mieux vivre ensemble” guidant les problématiques abordées. Mieux vivre ensemble, entre locataires, en éliminant toute forme d’exclusion, mais aussi coexister avec une concurrence privée, celle des propriétaires bailleurs qu’il convient d’écouter aussi. D’où l’idée de limiter au maximum la vacance des logements de l’office, quitte à les vendre, pour un marché de l’offre et de la demande équilibré, notamment sur Aurillac.

- © RSA

Coller à la réalité des territoires

Les autres pistes de travail que Jean-Antoine Moins souhaite voir examinées concernent l’adaptation des logements au grand-âge, la resocialisation d’une partie de la population, l’aménagement territorial, l’évolution démographique... “Nous devons réfléchir, ville par ville, ou mieux, communauté de communes par communauté de communes. Et ce ne sera pas facile, quand on sait que chaque maire veut des logements chez lui”, devine le nouveau président. Quant à la mixité sociale, elle se traduira par des réalisations à l’image de la “Cité du buron” entre Naucelles et le Pontet. Sur les 60 logements qui doivent être construits, un tiers est promis à la location, un autre à l’accession sociale à la propriété (sous conditions de ressources) et un dernier tiers en accession libre. Enfin, Jean-Antoine Moins n’oublie pas celles et ceux qui sont déjà locataires et promet d’être présent, “sur le terrain, dans les cages d’escalier”..

 

 

Plus d'infos à lire cette semaine dans L'Union du Cantal.

Droits de reproduction et de diffusion réservés.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union du Cantal se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,