L'Union du Cantal 22 juin 2005 à 00h00 | Par Pascal Piganiol

Deux laboratoires interprofessionnels mettent des moyens en commun

Le Lial d´Aurillac et le Cilal de Theix (Puy-de-Dôme) envisagent de créer une structure commerciale commune pour organiser la diversification de leurs activités.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Depuis plusieurs années, les responsables du Lial Massif central (Laboratoire interprofessionnel d´analyses laitières) évoquent l´hypothèse d´un rapprochement avec un laboratoire voisin. L´idée est en train de se concrétiser : le Lial travaille en effet avec le Cilal (Centre interprofessionnel laitier Auvergne-Limousin) à la création d´une structure commerciale commune centrée sur les activités de diversification des deux laboratoires. Le projet, sur lequel les deux conseils d´administration planchent depuis un an, a été présenté le 14 juin à Maurs devant l´assemblée générale du Lial. Le premier objectif de cette évolution est de "consolider et fortifier l´activité paiement du lait, inévitablement affectée par l´impact de la restructuration laitière qui se traduit par une réduction de 4 à 6 % par an du nombre de producteurs, et peut-être davantage une fois que les mesures de découplage seront mises en oeuvre", a expliqué Serge Moly, président du Lial.

Faire face à la restructuration laitière

En effet, depuis plusieurs années, le Lial connaît une importante baisse d´activité sur son métier de base que sont les analyses pour le paiement du lait à la qualité : il faut dire que, sur sa zone, le nombre de producteurs de lait a chuté de 17 400 en 1981 à 8 300 environ aujourd´hui. Le laboratoire compense cette baisse en développant des activités de diversification (analyses microbiologiques ou chimiques alimentaires, analyses de fourrages) qui représentent maintenant près de 50 % de son chiffre d´affaires. Autres objectifs : éviter des concurrences fratricides entre laboratoires interprofessionnels sur l´activité "hygiène alimentaire", et "répondre aux attentes du marché en apportant une offre d´analyses variées couvrant a minima les domaines agroalimentaires et adossée à une politique de prix, de qualité, de service, pertinente et compétitive face à la concurrence de laboratoires extérieurs", précisait M. Moly. Il s´agit enfin de se donner les moyens de s´adapter au développement des accords de collecte inter-laiteries qui dépassent les périmètres d´activités de chacun des laboratoires.

Une SAS interprofessionnelle

La nouvelle structure pourrait prendre la forme d´une SAS (Société par actions simplifiée) conservant un caractère interprofessionnel (avec présidence tournante entre les trois familles professionnelles). Centrée sur l´activité commerciale liée à la diversification d´activité, elle permettra aux deux structures de mettre en commun un certain nombre de moyens. La nouvelle société, dont le siège social devrait être situé à Theix et le siège administratif à Aurillac, pourrait employer dans un premier temps autour de six personnes (commerciaux et informaticiens). D´autres partenaires pourraient la rejoindre ensuite, espère Serge Moly, comme le laboratoire Alize de Rhône-Alpes, déjà associé à la réflexion et avec qui des mises en commun de moyens informatiques ou matériels sont d´ores et déjà envisagées. L´objectif des deux fondateurs est de constituer cette SAS au 1er janvier 2006. "Il faut que nous trouvions de nouveaux marchés", confirmait Jean-Yves Perron, président du Cilal, selon qui ce projet est "un moyen de préparer l´avenir en s´appuyant sur nos atouts".

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union du Cantal se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,