L'Union du Cantal 21 décembre 2005 à 00h00 | Par Frédéric Pigot

Des solutions existent malgré un contexte laitier difficile

Améliorer l´efficacité économique et l´organisation du travail sur les exploitations : tel est le thème d´une série de réunions organisées dans le Cantal. La première avait lieu lundi 12 décembre à Condat.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Une production laitière excédentaire en Europe et en Océanie, une sous-consommation en Asie du Sud-Est. ¿ l´aide d´un planisphère, David Noyer, directeur de la FDSEA du Cantal, a évoqué le contexte planétaire avant de présenter les incidences de la réforme de la Politique agricole commune et d´un possible accord à l´Organisation mondiale du commerce sur la régulation du marché laitier européen. Sur cette base, il annonce une baisse de 25 % sur le prix du beurre et de 15 % pour la poudre de lait. Ses propos ont servi d´introduction à une première rencontre avec les producteurs laitiers organisée lundi 12 décembre à Condat par la FDSEA, la Chambre d´agriculture, le Centre de gestion agricole, le Contrôle laitier, l´Adasea et la FDGEA. Michel Lacoste a insisté de son côté sur la nécessaire adaptation des exploitations. En premier lieu, il a noté que les producteurs cantaliens doivent éviter la sous-réalisation des quotas ; moderniser leurs bâtiments ; optimiser leurs coûts de production et améliorer leurs conditions de travail.

Une marge de progression

¿ partir d´une étude menée sur 78 exploitations spécialisées lait du Cézallier et du Nord-Cantal, Tiphaine Combelle, du centre de gestion de Riom-ès-Montagnes, a constaté que les dix meilleures d´entre elles enregistrent un EBE (excédent brut d´exploitation) de 34 000 euros par UTH alors que, dans le même temps, la moyenne se situe à 18 000 euros. Elle en conclut donc qu´il existe une marge possible de progression pour bon nombre d´exploitations de ce secteur. Sur la base de chiffres de 2003 et d´éventuelles baisses de 10 et 20 % du prix du lait, Roger Bouchy, de la Chambre d´agriculture, a estimé l´impact des réformes de la Pac. D´après lui, l´aide directe laitière est en mesure de couvrir une baisse des cours de 10 à 12 %. Plusieurs cas de figure ont été envisagés sans qu´ils soient forcément associés à une perte de revenu. Un équilibre, voire une légère amélioration, serait même possible dans le cas d´une baisse qui n´excéderait pas 10 %.

Un impact sensible si le prix baisse de 20 %

En revanche, le technicien de la Chambre constate que si le prix du lait diminue de 20 %, la trésorerie de l´exploitation laitière le ressentira même si, dans tous les cas, une comptabilité au réel se révèle mieux adaptée pour atténuer les fluctuations. Il a, par ailleurs, cherché à savoir si la notion de découplage est susceptible d´inciter des exploitations actuellement en double troupeau à se spécialiser. Ses calculs lui font dire que, si la conjoncture reste favorable à la viande bovine, cette décision induirait, dans le pire des cas, une perte de 1 000 euros sur le revenu global de l´exploitation ; avec, en contrepartie, la possibilité de réinvestir la main d´oeuvre sur un autre atelier sans perte de revenu ou de s´assurer un gain en qualité de vie. En fonction des simulations réalisées et sur la base d´une baisse de 10 % du prix du lait, Roger Bouchy a indiqué qu´un revenu disponible 25 987 e, actuellement, est susceptible de se hisser à 36 070 euros sous réserve que l´exploitant de 50 hectares investisse dans l´amélioration des bâtiments et prenne 13 hectares de plus. L´effort financier peut s´envisager à hauteur de 4 785 euros par vache laitière. "Il y a des situations où le quota est trop petit pour se lancer", a précisé Roger Bouchy en indiquant que, s´ils acceptent de se contenter de revenus modestes, des agriculteurs arrivent à vivre avec un quota de 130 000 litres de lait.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union du Cantal se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui