L'Union du Cantal 26 septembre 2007 à 00h00 | Par R. Saint-André

Des départements volontaires pour une vraie politique autour du vélo

L’association des départements cyclables de France a choisi le Cantal pour tenir ses onzièmes Rencontres nationales. 62 territoires mesurent l’intérêt de la pratique cycliste.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les onzièmes Rencontres des départements cyclables ont donné l’occasion aux participants de  découvrir le Cantal, au départ d’Aurillac.
Les onzièmes Rencontres des départements cyclables ont donné l’occasion aux participants de découvrir le Cantal, au départ d’Aurillac. - © R. S.-A.
De l’aveu même du président du comité départemental de cyclotourisme, “le Cantal est dans le coup”. Pierre Felgines évoque ainsi les réalisations, les projets et l’accueil touristique. De fait, le département profite déjà de retombées économiques intéressantes, même si l’on peut encore développer. Cette semaine, la comparaison avec d’autres territoires était aisée : les collectivités adhérentes à l’association des départements cyclables (ADC) organisaient à Aurillac leurs onzièmes Rencontres nationales, sous la présidence d’Alain Spada (élu du Var). Et c’est précisément l’objet de ce congrès, permettre à ces départements d’échanger leurs témoignages et de s’enrichir des expériences des autres.

Faire toujours mieux !

Dès l’ouverture de ces journées, jeudi dernier, Nicolas Mercat, cofondateur d’Altermodal, convenait des efforts techniques consentis ces dix dernières années. Il se félicite de l’engagement des collectivités en faveur des itinéraires et équipements visant à faciliter la pratique du vélo. “Mais nous avons un important déficit en matière d’ingénierie touristique”, affirme-t-il. Trop peu de Français s’adonnent aux joies du cyclotourisme, au goût de l’ADC. Dans certains départements, la part des touristes étrangers pratiquant le vélo atteint les 85 % ! Pourtant, le président Spada est convaincu qu’il s’agit d’un outil de revitalisation du tourisme rural. La réduction du budget transport des vacanciers profitant à un “tourisme local”. L’enjeu économique serait d’autant plus important que - plus affamés ou plus assoiffés ? - les cyclotouristes dépenseraient plus que la moyenne. Pour améliorer l’existant, l’ADC pilote un observatoire national des véloroutes et voies vertes, soutenu par le ministère de l’Écologie et du développement durable. Frédéric Rollet, qui s’en occupe, précise que les informations sont collectées et redistribuées afin que chaque territoire puisse en tirer les leçons pour être plus performant. Parallè-lement, l’ADC a commandé à Altermodal divers ouvrages pour sensibiliser les élus à une politique offensive en faveur de la pratique cycliste. C’est notamment le cas d’un argumentaire baptisé “Réussir sa politique vélo”. Nicolas Mercat présente ces 160 pages agrémentées de neuf fiches de synthèse, comme un outil pour “convaincre ses collègues élus en cinq minutes”. 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union du Cantal se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui