L'Union du Cantal 22 octobre 2004 à 00h00 | Par Renaud Saint-André

Des aides au renouvellement du troupeau pour les jeunes

A Pierrefort, Jérôme Vidalenc profite d´une aide départementale pour rajeunir son cheptel aubrac.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Lorsqu´un jeune éleveur s´installe, il hérite fréquemment d´un troupeau qui reste à renouveler et une génétique à améliorer. C´est justement pour aider ces jeunes agriculteurs que le Conseil général, dans le cadre de sa convention agricole triennale, prévoit une ligne à leur attention : 3 000 euros versés en deux fois (2 000 euros la première année et 1 000 euros la troisième année). Trop peu connaissent ce dispositif, qui n´a pas échappé toutefois à Jérôme Vidalenc (26 ans) de Pierrefort. "Installé en 2001 avec seulement 12 ha, je n´ai pu prétendre à la dotation jeune agriculteur qu´après achat et location de terres qui portent ma SAU à 43 ha", explique ce jeune éleveur à la tête d´un troupeau de 30 vaches aubrac. "J´ai été informé du dispositif par les JA, syndicat auquel j´adhère depuis mes études agricoles. Il correspond bien à mes objectifs de rajeunissement du troupeau et d´amélioration génétique".

"Un super outil génétique"

Jérôme Vidalenc insiste surtout sur le choix d´aider les agriculteurs au moment de leur installation, "quand on a le plus besoin de trésorerie". Il se félicite en outre d´une démarche qui sert toute une filière : "Qui dit renouvellement, dit réforme ; qui dit réforme dit produits carnés pour alimenter les abattoirs". De chez cet adhérent Celvia, les carcasses partiront au pôle viande d´Aurillac. Et pour que l´opération soit profitable à longue échéance, le jeune éleveur adhérera au contrôle de croissance -comme le dispositif incitatif l´y oblige- motivé et enthousiaste. "Le contrôle de performance est un super outil génétique. Un repère par rapport aux autres élevages qui permet de savoir si sa sélection est bonne, si on a choisi les bonnes orientations". Benoît Battut, co-responsable du groupe viande des JA du Cantal, ajoute que l´adhésion conjointe à l´Upra est gage d´excellence. Pour sa part, Jérôme Vidalenc insiste sur le rapport de confiance qui doit unir l´éleveur et le technicien de Bovins-croissance.

Adhérer au Contrôle de croissance

François Martin, technicien de Bovins-croissance, confirme les propos du jeune agriculteur. "Bien sûr l´outil permet de se situer par rapport aux autres élevages, mais également de comparer les animaux d´un même troupeau entre eux. Alors on entame une discussion avec l´éleveur afin de définir les objectifs et les moyens à mettre en oeuvre pour les atteindre". Quant au fonctionnement concret, il est assez simple : 3 pesées par animaux et par an (plus une visite pour le pointage). Au forfait élevage de 87 euros, s´ajoute 11,10 euros par veau pour une pesée au camion ; 9,5 euros si le camion bascule n´est utilisé que pour l´estive et que l´éleveur dispose d´une bascule sur l´exploitation ; 8 euros si l´élevage dispose de sa propre bascule agréée. "Au cours du troisième rendez-vous, on dresse le bilan de campagne", résume M. Martin. "On trie les femelles destinées à la reproduction et même les mâles qui pourront aller en station". Il ressort surtout de cette démarche un "bilan génétique du troupeau allaitant". Des résultats techniques qui font apparaître l´intervalle vêlage/vêlage, le pourcentage d´insémination artificielle, les différentes évolutions des performances brutes.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union du Cantal se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui